Dix fois champion de Tunisie, Yassine Trabelsi veut être un maître du Taekwondo

 

Yassine TCC Allemagne

[quote_box_right]

Palmarès

  • 10 fois champion de Tunisie
  • 2 fois champion de la région Baden Württemberg (Allemagne)
  • Médaille de bronze au Championnat d’Europe des clubs en 2015
  • Médaille de bronze à l’Open de Suisse en 2014
  • Médaille d’argent à l’Africa Championship, Tunisie en 2014
  • Médaille de bronze à l’Open de Carthage, Tunisie en 2014
  • Médaille d’or à l’Open de Bahreïn en 2014
  • Médaille d’or à l’Open de Louxor (Egypte) en 2014
  • Médaille de bronze à Fujaïrah en 2014
  • Médaille d’or à Landesmeisterschaft en 2014
  • Médaille de bronze à l’Open de Paris en 2014
  • Médaille d’or au Championnat d’Europe des clubs à Antalya (Turquie) en 2014
  • Médaille de bronze au World Championship, Puebla (Mexico) en 2013
  • Médaille d’or à Baden Württemberg (Allemagne) en 2013
  • Médaille d’or à Rettemburg (Allemagne) en 2013
  • Médaille d’or à l’Open de Belgique en 2013
  • Médaille d’or à Alexandrie (Egypte) en 2013
  • Médaille d’argent à l’Open de Croatie en 2013
  • Médaille de bronze au tournoi de qualification des JO de Londres en Egypte en 2012
  • Médaille de bronze au World Francophonie Cup à Abidjan (Côte d’Ivoire) en 2012
  • Médaille d’argent aux jeux africains de 2011 au Mozambique
  • Médaille de bronze au Championnat d’Afrique à Tripoli (Libye) en 2010
  • Médaille d’argent à la Coupe Méditerranéenne en Tunisie en 2010
  • Médaille d’argent au Championnat du Maghreb en Algérie en 2010

[/quote_box_right]

[dropcap]D[/dropcap]ix fois champion de Tunisie et deux fois champion de la région Baden Württemberg (Allemagne), Yassine Trabelsi a de quoi être fier de son parcours et les Tunisiens de lui. Ce jeune homme de presque 25 ans (il est né le 12 juillet 1990 à Tunis), qui a vécu à Mégrine, possède un sacré palmarès que lui envieraient de nombreux sportifs. Il souhaiterait devenir un maître du Taekwondo. D’ailleurs, et même s’il vit en Allemagne, il est étudiant à l’Institut Supérieur du Sport et de l’Education Physique de Ksar Said, dans l’optique de préparer un diplôme d’entraîneur.

Quand avez-vous commencé à pratiquer le Taekwondo ?

J’ai commencé la pratique du Taekwondo en 1998, soit à l’âge de 8 ans dans un club à Tunis, plus précisément au Club Sportif de Mégrine Chaker, localité où je suis né le 12 Juillet 1990. J’ai travaillé avec rigueur et j’ai pu progresser au fil des années. Le couronnement de mon travail m’a permis d’intégrer l’Equipe Nationale Tunisienne de Taekwondo en 2007.

Puis en septembre 2013, j’ai rejoint le club allemand BSV (The Taekwondo Compétence Center (TCC) Friedrichshafen), où je m’entraine actuellement et poursuit ma préparation pour les Jeux Olympiques de Rio 2016. Actuellement j’occupe la deuxième place au classement mondial pour les -87kg (source World Taekwondo Fédération, février 2015).

[pull_quote_center]Le Taekwondo, c’est l’art d’utiliser avec le maximum d’efficacité toutes les parties du corps humain[/pull_quote_center]

Pourquoi le Taekwondo ?

Cela fait maintenant 16 ans que je pratique le Taekwondo. J’aime ce sport car il a l’art d’utiliser avec le maximum d’efficacité toutes les parties du corps humain, c’est-à-dire le corps, l’âme et l’esprit. Outre son efficacité surprenante comme moyen de défense, le Taekwondo constitue une discipline sportive qui permet de développer harmonieusement l’ensemble du corps.

Est-ce vous qui avez choisi de pratiquer ce sport ou vous a-t-on poussé à le faire ?

J’ai choisi de pratiquer ce sport et on m’a encouragé à faire du sport. Lorsque j’étais à l’école primaire, un ami m’a poussé à m’inscrire dans le Club Sportif Mégrine Chaker afin de pratiquer une activité sportive. J’ai découvert le Taekwondo, j’ai tout de suite aimé ce sport. Mon père (paix à son âme) m’a toujours soutenu et m’a encouragé à me surpasser dans ce sport afin de devenir un futur champion.

D’ailleurs, mon entraineur m’a dit un jour à mon jeune âge : « Yassine tu es futur champion ! » et j’espère l’être un jour pour rendre cette phrase véridique. Il y a aussi mon coach Anouar Ben Khedher qui a toujours été derrière moi et qui me pousse sans cesse, à atteindre le meilleur de moi-même. Ce que j’ai pu réaliser jusqu’à présent, c’est en partie grâce à lui.

[pull_quote_center]

Le haut niveau nécessite de nombreux moyens financiers.

 

[/pull_quote_center]

Quelles difficultés avez-vous rencontrées dans ce sport ?

Comme tous les sportifs et surtout dans les sports individuels, les difficultés sont multiples. La fédération n’a pas assez de moyens pour couvrir tous les besoins des athlètes. Le haut niveau nécessite de nombreux moyens pour réaliser les grands objectifs. Les entrainements avec tous les besoins et nécessités quotidiennes.

J’ai souvent rencontré des problèmes financiers et il m’est arrivé d’éprouver des difficultés pour gérer ma vie quotidienne sans parler du financement pour mes participations à des compétitions, trouver un billet d’avion, payer les transports et les frais des visas, logement, etc…). Etant donné que je n’ai pas de revenu fixe, une prime mensuelle autour de 200 dinars, ne me permet pas de mener une préparation pour des compétitions de hauts niveaux.

IMG_0471Je sais que c’est le cas de plusieurs sportifs et même les bourses pour certaines compétitions sont insuffisantes. Et dans mon cas, la vie en Allemagne est plus coûteuse par rapport à la Tunisie. Heureusement que mes proches sont toujours là pour me soutenir et m’aider en cas de besoin. Mais ce n’est pas une solution et cela pèse énormément sur le moral.

C’est un autre combat pour moi et j’essai de la surmonter en pensant à mon objectif primordial qui est de décrocher une médaille Olympique lors des JO de Rio en 2016. Pour moi ce sera la meilleure récompense pour toutes ces années d’efforts, de difficultés et de sacrifices.

Combien d’heures par jour vous entraînez-vous ?

Lorsque je suis en Allemagne, j’effectue un entrainement intensif. On a un planning sur mesure. Je m’entraine le matin, midi et le soir durant toute la semaine. Lorsque je suis en Tunisie, je m’entraine deux fois par jour. Le matin de 8h à 10h et l’après-midi de 16h à 18h. Je m’entraine autant de fois par semaine afin de préparer les Jeux Olympique de Rio en 2016.

[quote_center]

En Tunisie, les conditions d’entraînements sont difficiles 

[/quote_center]

Mais en Tunisie, les conditions d’entraînements sont difficiles. Il nous manque du matériel (sportif et de récupération), un suivi médical personnalisé. Et souvent nous ne pouvons pas effectuer toutes les compétitions par manque de moyens.

L’entraînement est-il si différent en Allemagne ?

En Allemagne, les entrainements sont plus intenses. Un planning qui est préparé chaque fin de saison et pour l’année suivante. Un suivi médical et alimentaire pour chaque athlète. Il y a plusieurs séances d’entrainements dans une journée, différentes les unes des autres avec des équipements à la pointe de la technologie.

[quote_box_right]

Mon objectif final : une médaille aux Jeux Olympiques.

 

[/quote_box_right]

Depuis quand êtes-vous en Allemagne ?

Je me suis installé en Allemagne en septembre 2013 et j’y suis partie avec mes propres contacts. J’ai souvent discuté avec les athlètes lors des compétitions sur leurs entrainements et préparations et lors des stages. Un ami athlète sénégalais, Balla Dieye est la personne qui m’a vraiment aidé.

C’est un athlète (double champion du monde) qui à fait tout son possible pour que je vienne m’entrainer à ses côtés dans le club BSV Friedrichshafen. Je m’entraine désormais avec lui. C’est très agréable car nous avons le même objectif final qui est l’obtention d’une médaille aux Jeux Olympiques.

Pratiquez-vous d’autres disciplines sportives à part le Taekwondo ?

Dans le programme de mes préparations, je pratique d’autres sports comme la natation et le football.

Suivez-vous des études ?

Oui par correspondance. Actuellement je suis étudiant en dernière année à l’Institut Supérieur du Sport et de l’Education Physique de Ksar-Said en Tunisie, dans l’optique de préparer un diplôme d’entraineur spécialisé dans le Taekwondo.

« One way, One dream »

IMG_9666

Quel est votre plus beau souvenir d’une compétition ?

Mon plus beau souvenir est lorsque j’ai obtenu une médaille mondiale et lorsque j’ai obtenu le titre au championnat d’Europe des clubs fin 2014 et je suis le premier Africain à obtenir ce titre.

Votre plus mauvais souvenir ?

Mon plus mauvais souvenir est lorsque je n’ai pas été qualifié pour les Jeux Olympique de Londres en 2012. Durant la qualification j’étais malade, malgré tout mes efforts, j’ai perdu en demi-finale.

Si vous aviez un message à passer quel serait-il ?

« Ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous. Demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre pays. » (John Fitzgerald Kennedy). Et dans la vie, il ne faut jamais abandonner, il faut poursuivre son chemin en vue de réaliser nos objectifs et rêves. Il faut toujours aimer les gens, croire en soi. Par ailleurs ma devise est « One way, One dream », « Un chemin, un rêve », ça sonne bien avec le travail et la persévérance.

Commentaires:

Commentez...