Tunis : Découverte d’un réservoir d’armes et d’explosifs à Khaznadar

[dropcap]T[/dropcap]unis | Un réservoir d’armes et d’explosif a été découvert ce mercredi 4 février dans une maison dans la localité de Khaznadar, à Tunis, par les unité de la circonscription de la sûreté nationale et l’équipe de la police judiciaire du Bardo.

Selon le journal arabophone Assabah, les forces de l’ordre ont saisi trois révolvers, quatre caisses d’explosifs et six autres objets qui seraient de « grandes bombes très dangereuses capables d’exploser des ponts ». Des appareils de fabrication d’explosifs, des passeports falsifiés, une plaque minéralogique française et des téléphones ont été trouvés également.

Lors de la descente, vers midi, trois personnes ont été arrêtées, dont une femme. Selon un témoignage d’une voisine sur radio Shems FM, elles sont propriétaires de la maison.

[quote_box_center]

« Il y avait souvent des disputes le soir… Ces personnes habitent ici depuis longtemps, depuis l’existence de ce quartier. Ce sont des frères, l’un habite au premier étage et l’autre au rez-de-chaussée. L’un d’eux était venu de France. Ces gens là ne faisaient pas de problème, « wled houma », ce ne sont pas des clochards. Je suis choquée moi …Ils ne sont pas barbus. »

[/quote_box_center]

La plaque minéralogique est française

D’après la plaque minéralogique saisie et le témoignage de la voisine, l’un des hommes arrêtés, venait de France. Nous avons contacté le numéro inscrit sur la plaque, qui s’avère être celui d’un concessionnaire dans le 10 ème arrondissement à Paris, dans le quartier Stalingrad, en France (même quartier que les frères Kouachi responsables de l’attentat contre Charlie Hebdo).

Plaque

La voiture proviendrait du concessionnaire Soprex automobiles, spécialisé dans l’exportation de véhicules à destination du Maghreb.

Dans une déclaration à la TAP, un attentat terroriste contre des sites dans la capitale a été avorté aussi, ce lundi 2 février, a affirmé le ministre de l’Intérieur à l’issue du Conseil des ministres le mardi.

Le ministère de l’Intérieur, qui publie des communiqués lors de ce genre d’interventions, ne l’a pas fait cette fois-ci. Nous avons contacté le porte-parole du ministère mais son téléphone était fermé.

Commentaires: