Crisis Group : Avec la présidentielle, les « névroses nationales » en Tunisie refont surface

L’International Crisis Group a publié, ce vendredi 19 décembre, un rapport sur le second tour de l’élection présidentielle, qui aura lieu dimanche 21 décembre et opposera le président sortant Moncef Marzouki au candidat de Nidaa Tounes, Béji Caïd Essebsi.

Le rapport, intitulé « Elections en Tunisie : vieilles blessures, nouvelles craintes », estime que ce « duel » électoral « révèle les lignes de fracture de la société tunisienne que les élites politique croyaient avoir résorbées grâce à leur sens du consensus et du compromis« , citant la division entre le nord de la Tunisie, plutôt pro-Essebsi et Nidaa Tounes, et le sud, plutôt pro-Marzouki et Ennahdha.

[quote_box_center] »Alimentées par les propos parfois incendiaires des finalistes du second tour et de leurs entourages, plusieurs névroses nationales refoulées par des décennies de dictature ont ainsi refait surface« , pointe l’International Crisis Group, évoquant le retour en force du « mythe qui entoure la fonction du chef de l’État, forgé par plus d’un demi-siècle d’hypertrophie de la présidence« .[/quote_box_center]

Pour éviter « des violences » après l’annonce des résultats de la présidentielle, le rapport recommande donc au futur vainqueur de « reconnaître les inquiétudes de l’électorat du vaincu« , de « traiter la question du déséquilibre régional » et de « prévenir les risques de blocage institutionnel ou de répression des oppositions« .

Commentaires: