En Suède, les prisons ferment pour cause d’absence de détenus… En Tunisie, c’est pas demain la veille !

PRISONS-TUNISIENNESLa Suède, comme d’autres pays dont les US et les Pays-Bas, avec une population carcérale qui ne cesse de baisser, annonce la fermeture prochaine de certaines prisons.
Baisse d’incarcération et non de criminalité, voila ce qu’énoncent certains experts en criminologie suédois. Mises à part certaines restrictions budgétaires et la décision de la cour suprême de « soulager la population carcérale », les changements et adoucissement des lois pénales seraient derrière ce phénomène, notamment celles relatives à la consommation de drogues.

En Tunisie, la loi en vigueur qui date du début des années 90 inflige aux consommateurs de la résine du cannabis une peine d’emprisonnement minimale d’une année et 1000 dinars d’amende. C’est quasiment la seule loi au monde qui inflige une telle sanction. Une lourde sentence alors que d’autres pays, comme les Pays-Bas, mettent à disposition des citoyens des espaces pour s’adonner à cette drogue douce, selon le rapport de Roques datant de 1998.

La Suède ferme ses prisons, mais la réalité tunisienne, par contre, est loin du fait, avec plus de 30.000 détenus, répartis à travers centres pour mineurs, prisons et 3 centres de travail correctionnel, dont la construction remonte au début du siècle dernier. Ce qui classe notre pays parmi les quatre premiers pays dans le monde (253 prisonniers pour 100.000 habitants) avec un ratio aussi élevé.

Malgré les incessantes amnisties accordées par le président de la République Moncef Marzouki, le nombre d’incarcérations ne cesse d’augmenter, surtout celles qui touchent artistes et prisonniers d’opinion. Klay BBJ, Weld El 15, Nasreddine Sehili, Yahia Dridi, Abdallah Yahia récompensé dernièrement pour son film et comme meilleur réalisateur tunisien alors qu’il était derrière les barreaux, Jabeur Mejri encourant une peine de 7 ans et de mi pour atteinte au sacré, nos prisons nationales ont au moins le mérite d’être élitistes et avoir un certain niveau intellectuel.

Commentaires:

Commentez...