La FTH avertit : «le secteur de l’hôtellerie à l’agonie et sur le point d’être boudé par nos partenaires étrangers»

Hôtel Tunisie (photo vinccihoteles)

Le Bureau exécutif élargi de la Fédération Tunisienne de l’Hôtellerie (FTH), réuni en session extraordinaire le 31 juillet 2013, a exprimé, à travers un communiqué, sa profonde préoccupation quant à la situation qui prévaut en Tunisie.
Dans ce communiqué, la FTH constate que la violence perpétrée dans notre pays depuis des mois a atteint un point critique avec l’assassinat de Mohamed Brahmi et de huit soldats lors d’une embuscade terroriste. «Cette situation de grande instabilité fragilise d’une façon sensible notre secteur et pousse nos partenaires étrangers à choisir d’autres pays concurrents», avertit la fédération.

En outre, la FTH condamne la politique adoptée par les gouvernants qui, «pour des raisons obscures refusent d’admettre l’importance du secteur touristique pourtant si vital pour l’économie du pays». Elle tire, par conséquent, la sonnette d’alarme et exprime les préoccupations des hôteliers. «Chaque jour, nos hôteliers se battent pour garder leurs unités ouvertes et pour conserver à leurs postes le maximum de personnel. Se sentant ignorés, mal compris, non soutenus, matraqués par la mise en place de taxes nouvelles, ils savent pertinemment que cette situation extrême de crise ne pourra perdurer et se préparent au pire».

«Soyons directs et clairs, le secteur de l’hôtellerie, tout comme notre économie, est à l’agonie et exsangue. Il est impératif qu’un nouveau gouvernement ait le courage politique, dès sa mise en place, de prendre les mesures adéquates pour restaurer de manière durable la sécurité dans le pays et enrayer la situation catastrophique des hôteliers en mettant en place immédiatement les mesures appropriées et volontaires, faute de quoi une partie importante de la capacité hôtelière ne survivra pas d’ici la fin de l’année 2013».

Commentaires:

Commentez...