Un directeur de lycée agressé pour un niqab : les salafistes de plus en plus à leur aise dans les établissements scolaires

Agression directeur de lycée (photo - tunistribune.com)Le directeur du lycée de Menzel Bouzelfa, a été agressé aujourd’hui, devant son établissement par trois personnes cagoulées. Les agresseurs s’y sont pris à coup de matraques, blessant le directeur à la main. Son véhicule, dans lequel il se trouvait, au moment de l’agression, n’a pas non plus été épargné. Les vitres ont été brisées ainsi que le pare-brise.

Témoignant sur les ondes de Mosaïque FM, le directeur du lycée affirme, sans équivoque, que cette vendetta fait suite à son refus de laisser une élève en niqab suivre les cours. Des menaces de mort lui ont même été envoyées suite à cet incident. Et il n’hésite pas à pointer du doigt les LPR ainsi que l’association de défense des femmes portant le niqab et l’association liberté et équité, les accusant d’avoir commandité son agression.

En soutien à leur directeur, les employés du lycée et le corps enseignant ont décidé de suspendre les cours, et sont allés protester devant le siège de la délégation.
Cette affaire n’est pas sans rappeler, celle de Habib Kazdaghli, dont le procès a été, pour la énième fois, reporté à une date ultérieure. Le doyen de la faculté des sciences humaines et des lettres de Manouba, avait vu son bureau saccagé suite à un incident similaire mais a été accusé d’avoir giflé une étudiante en niqab.

Des étudiantes en niqab du Campus d’El Manar, ont, par ailleurs, organisé aujourd’hui, accompagnées de leur «frères», venus les soutenir, un sit-in devant le ministère de l’Enseignement supérieur. Réclamant le droit d’accéder aux cours et de passer les examens, elles estiment que le niqab est «une liberté personnelle», et ne doit donc pas les priver de leurs droits à l’enseignement.

Les expéditions punitives, les intimidations, les menaces ne cessent d’augmenter dans des établissements scolaires où les salafistes semblent de plus en plus à leur aise, et s’y montrent très actifs, se permettant même d’organiser des campagnes de sensibilisation et des recrutements au sein même des lycées.

Le ministère de l’Enseignement supérieur, supposé être garant de l’intégrité physique du corps enseignant, a appelé aujourd’hui, lors de son point presse hebdomadaire, les conseils scientifiques a plus de flexibilité et à tenir une position modérée lors du traitement des cas des étudiantes en niqab et leur droit à passer des examens.
Apres avoir longtemps entretenu le flou sur sa position et hésité à trancher sur la question, le ministère semble lâcher du lest !

Commentaires:

Commentez...