CA – Laâtrous : le ‘bouc’… émissaire c’est moi !

Le grand club de la capitale vit des moments difficiles ces derniers temps et c’est le moins que l’on puisse dire. L’équipe fanion de football, vitrine du club depuis la nuit des temps, en est la principale cause de ce ‘brouhaha’ qui secoue le club. Après avoir limogé Ben Chikha, le président du club Jamel Laâtrous vient de trouver un nouveau bouc émissaire : lui-même. En effet, la pression exercée par les sit-inneurs qui ont assiégé le parc Mounir Kebaîli depuis quelques jours demandant la tête du président du BD actuel, la dernière défaite des poulains du ‘Général’ Ben Chikha hier face à l’AS Gabès (2-1) ont précipité le départ et de l’Algérien et de son employeur. Ce dernier avait annoncé la nouvelle par lui-même cet après-midi sur les ondes de Mosaïque FM confirmant que les ‘socios’ du club doivent lui trouver successeur incessamment et qu’il appellerait sous peu à une Assemblée générale élective. Donc Laâtrous pour le CA fait partie du ‘has-been’, si l’on croit le premier président de club tunisien élu d’une façon ‘démocratique’ après la révolution.

On reproche au président ‘sortant’ et à son équipe leur manque de compétence et d’expérience dans la gestion notamment des dossiers brulants depuis leur avènement à la tête du club depuis un peu plus de 1 an. La cession de plusieurs éléments clés (Ben Yahia, Souissi, Melliti…), recrues limitées techniquement et incapables de faire oublier les partants, mauvaise gestion des dossiers de renouvellement des contrats de joueurs : Ifa, Mouihbi et surtout Dhaouadi, le changement d’entraîneurs, une 6ème place au classement général, une défaite au derby…sont autant de boulettes suffisantes pour faire basculer la balance du côté des opposants à la politique de Laâtrous.

Autre dossier mal négocié : Zouhaier Dhaouadi. Ce dernier avait pris dernièrement la tête et entamé un bras de fer avec et ses dirigeants et avec son coach, Ben Chikha. Ce dernier finit par l’exclure du groupe. Les excuses demandées cet après-midi par le capitaine clubiste sur les ondes de Mosaïque FM suffiront-elles pour faire oublier ses bévues ?

La question qui s’impose maintenant est de savoir qui serait capable de prendre le relais et le train en marche à la tête du club. Un nom se fait de plus en plus insistant : Slim Riahi. L’homme d’affaires et président de l’UPL (Union Patriotique Libre) devrait emprunter la voie du sport pour se frayer un chemin dans le domaine politique après son échec cuisant lors des dernières élections de l’ANC. Les ‘Sages’ du CA l’entendront-ils de cette oreille ?

Commentaires:

Commentez...