Après Ghounim l’exciseur, El Qarni le plagiaire…

Après la révolution,Tunis est devenue une destination privilégiée pour les prédicateurs obscurantistes de tout poil.

Invités par des associations islamistes aux contours flous et difficiles à identifier au niveau de leur appartenance politique, ces prédicateurs sont payés comme des stars et viennent semer haine de l’Occident et lectures rétrogrades de notre religion.

Après Wajdi Ghounim et plusieurs autres « événements » dont des congrès salafistes et des tournées de conférences, voici le tour du Saoudien Ayedh El Qarni de répandre la bonne parole.

Connu pour des affaires de plagiat et de violences verbales, ce nouvel illuminé est sous le coup d’une instruction judiciaire.

Qui l’a invité en Tunisie ? Pourquoi notre pays devient-il une plate-forme intégriste ? Qui a intérêt à ce que s’installe cette ambiance de Londonistan dans notre pays, réputé construire une démocratie.

Les questions sont posées et les réponses ne sont que trop évidentes.

Commentaires:

Commentez...