Al Aridha regagne sa « popularité » au sein de l’AC

Le tribunal administratif a accepté, aujourd’hui, les recours présentés par la Pétition Populaire (Al Aridha al Chaabia) dans cinq circonscriptions. La liste a pu récupéré sept sièges sur huit : 3 à Sidi Bouzid, 1 à Sfax, 1 à Jendouba, 1 à Kasserine, et 1 à Tataouine. Seul le siège de la circonscription France 2 a vu son invalidité confirmée du fait que la tête de liste était responsable au sein de l’ex-RCD.

Rappelons que les sièges acquis par cette liste indépendante dans ces circonscriptions avaient été annulés par l’ISIE le 28 octobre dernier pour certains dépassements. La nouvelle avait été accueillie avec une certain « soulagement » par les journalistes présents à la conférence de presse, ce jour-là, ainsi que sur les réseaux sociaux (Facebook et Twitter).

Avec cette «réhabilitation», la liste de Hechmi Hamdi se retrouve avec 26 sièges à l’Assemblée Constituante et se positionne désormais comme la troisième force politique du pays après les élections du 23 octobre.

La décision du tribunal administratif a pour conséquence indirecte la perte de 2 sièges pour Ennahdha, un siège pour Ettakatoll, le CPR et le PDP.

Au-delà de ça, c’est surtout le parti d’Ettakatoll qui semble être le plus pénalisé par cette restitutions des sièges à Al Aridha. En effet, le parti de Ben Jaâfar qui se voit détrôner de sa troisième place ne semble plus en position de force au sein de l’Assemblée Constituante.

Avec ces nouvelles données, les yeux sont maintenant braqués sur le CPR de Marzouki, avec un nombre de sièges très légèrement supérieur à la Pétition Populaire. Cette dernière aura pratiquement le même poids que le CPR au sein de l’AC.

Selon la TAP, Moncef Marzouki a plaidé, aujourd’hui, au siège de l’UTICA, un nouveau contrat économique et social. Il s’est voulu, également, rassurant au sujet d’Ennahdha, en expliquant que ce parti « considère les hommes d’affaires comme étant des partenaires dans la prise de décision et dans tous les dossiers économiques et sociaux ».

Enfin, le porte-parole d’Al Aridha, Ibrahim Gassas, a déclaré, sur les ondes d’Express FM, que la liste indépendante était prête à coopérer avec tous les partis ayant des sièges dans l’AC, y compris Ennahdha. Il en a profité pour rappeler que Hechmi Hamdi était le « fils d’Ennahdha », faisant référence au passé pré-Ben Ali du leader de la Pétition Populaire.

Commentaires:

Commentez...