Slim Riahi croit que l’UPL est le seul concurrent d’Ennahdha

Personnage arrivé récemment sur la scène politique, Slim Riahi n’en est pas moins sûr et même très sûr de lui au point de vouloir faire un show à l’Américaine à travers l’interview qu’il a donnée, aujourd’hui, au quotidien en langue arabe Al-Chourouk.

Interview qui pourrait s’apparenter à une pub indirecte, puisque l’initiateur de l’Union Patriotique Libre (UPL) y fait l’apologie de son bébé.

En effet, dans les réponses qu’il a données au journaliste, Slim Riahi a fait de son parti comme étant le seul concurrent d’Ennahdha, sous-entendant que l’UPL était le seul à même de contrarier les visées de ce parti islamiste, faisant ainsi fi du… PDP.

Pourtant dans les derniers sondages, ce nouveau venu (UPL) se classe loin derrière le peloton de tête composé… d’Ennahdha, du PDP suivis par Ettaktol.

Pour Slim Riahi, l’UPL va battre Ennahdha et accéder au pouvoir suprême, pendant que le reste des partis ne s’intéresseront qu’à obtenir un siège. D’ailleurs, dans l’interview qu’il a accordée à Al-Chourouk, le fondateur de l’Union Patriotique Libre place son parti en «victime» en pointant du doigt les partis qui ne l’aimait pas comme Ennahdha et ceux qui ont vu le jour avant le 14 janvier 2011, qui se voient héritiers directs de Ben Ali. Il a mis en exergue les partis voulant obtenir des sièges par n’importe quel moyen possible et inimaginable comme si c’était un droit aux «vieux» et de donner l’exemple de Mustapha Ben Jaafar.

En ce qui concerne la publicité politique, Slim Riahi a déclaré qu’il allait, à travers son parti, porter plainte contre l’ISIE pour interdiction de pub après le 12 septembre, car, selon lui, en agissant ainsi cette Instance supérieure handicape l’UPL et avantage Ennahdha, puisque la campagne pour les élections commencera le… 2 octobre et que certains partis avaient pris des engagements.

Commentaires:

Commentez...