Selon The Guardian, des réfugiés attaqués dans le désert tunisien par… des habitants et l’armée

Dans son édition d’hier, le journal anglais The Guardian a publié une info qui n’a, pour l’instant, pas été confirmée par aucune autre source. On connait parfaitement le sérieux et la crédibilité de The Guadian, mais n’empêche que cette info doit être prise par des pincettes.

Ainsi, le journal anglais affirme qu’environ 1500 de réfugiés venus de Libye, se trouvant dans le Sud tunisien, sont désormais des sans-abris après que leurs tentes aient été saccagées et incendiées. Les coupables ? Des habitants de la région qui ne supportaient plus ces réfugiés, essentiellement somaliens, soudanais, ivoiriens et érythréens.

Le camp ciblé est celui de l’ONU dans la région de Choucha, tout près de Ras Jdir.

L’armée tunisienne serait intervenue pour protéger ces réfugiés mais trop tard. De plus, cinq Soudanais ont été blessés par balle durant cette intervention. L’un d’eux a déclaré au Guardian que les soldats tunisiens ont tiré sur eux, alors qu’ils fuyaient le camp auquel les Tunisiens ont mis le feu. The Guardian a aussi recueilli les témoignages d’un prêtre italien su place. Ce dernier affirme que la mentalité et l’humeur des Tunisiens ont changé après avoir offert l’hospitalité à ces réfugiés depuis presque quatre mois maintenant.

Commentaires:

Commentez...