Dorothy Parvaz, journaliste d’Al Jazeera portée disparue en Syrie

La famille et l’employeur de Dorothy Parvaz n’ont aucune nouvelle d’elle depuis que son avion a décollé de Doha vers Damas, vendredi dernier. La journaliste du site web d’Al Jazeera English venait de rentrer du Japon où elle couvrait le récent tremblement de terre.

Dorothy Parvaz, américano-canadienne d’origine iranienne, aurait été arrêtée à l’aéroport à son arrivée en Syrie. Ali Akbar Salehi, ministre iranien des affaires étrangères, s’est donc exprimé sur le cas de sa compatriote : « Nous exigeons que le gouvernement Syrien se penche sur cette affaire ».

Devant le mutisme du gouvernement Syrien, Al Jazeera ainsi que des médias des quatre coins du monde s’activent actuellement pour demander des informations.

Depuis le début des protestations contre le gouvernement de Bashar Al Assad, les médias ne sont plus les bienvenus sur le sol Syrien. Des journalistes syriens ont été arrêtés des semaines durant. Aujourd’hui, 3 mai, est la Journée Mondiale de la Liberté de La Presse.

L’information fait le tour de la toile et se propage à très grande vitesse, notamment avec la page Facebook « Free Dorothy Parvaz » et le hashtag #FreeDorothy sur Twitter. Le nom est déjà entré sur Wikipédia.

Commentaires:

Commentez...