Mozilla: quand l’intelligence collective du mouvement Open Source fait des miracles


Mozilla ou le nom d’une vraie sucess story signée par le mouvement Open Source. C’est suite à la libération du code source du navigateur de Netscape que le projet naquit. Et c’est ainsi qu’en 2003, l’organisation, qui avait pour but de mener à bien le projet Netscape en produisant une suite Internet de logiciels libres et Open Source, s’est officiellement déclarée comme étant la Fondation Mozilla. La fondation, qui est à but non lucratif, est à l’origine du navigateur web Firefox et du client de messagerie Thunderbird pour ne citer qu’eux.

Mozilla a bénéficié de l’expérience du mouvement open source, un mouvement communautaire qui lui a assuré des produits modelés aux demandes des utilisateurs. C’est grâce à son militantisme pour un Open web accessible à tous que Mozilla a trouvé le succès auprès des internautes. Elle a ainsi obtenu le crédit non seulement des utilisateurs expérimentés, en leur donnant la possibilité d’avoir accès au code source et de le modifier à souhait, mais aussi des novices, en leur offrant un produit portable sur plusieurs plate-formes, facile à utiliser et surtout gratuit.

Mais c’est incontestablement son projet de navigateur web Firefox qui fit la gloire de la communauté Mozilla. Le navigateur n’a cessé, depuis sa création, de grignoter des parts du marché des navigateurs Internet des plus grands, principalement Internet Explorer, le produit propriétaire de la firme Microsoft. Ce dernier, souffrant de la rareté des mises à jour et du non respect des normes du World Wide Web Consortium (W3C), Firefox est venu en sauveur des webmasters et des utilisateurs. Les chiffres confirment cette tendance. Ainsi, Firefox est le navigateur web le plus utilisé en Europe, avec 38,11% de parts de marché en décembre 2010, contre 37,52% pour Internet Explorer. Des statistiques fournies par StatCounter Global Stats, se basant sur près de 3 millions de sites pour plus de 15 milliards de pages vues.

Le lancement de la version finale de Firefox 4, le 23 mars dernier a été plus qu’un succès. Le produit, très attendu, a été téléchargé en à peine 24 heures, plus de 5 millions de fois contre à peine 2,3 millions de téléchargements pour la version 9 d’Internet Explorer. L’Afrique reste bien en bas de la liste de téléchargements puisqu’elle est classée avant dernière des six majeurs utilisateurs d’Internet, bien loin derrière l’Europe leader du groupe, avec plus de 20 millions de téléchargements. La Tunisie est cinquième dans le classement des pays africains ayant téléchargé FF4 avec 89 046 de téléchargements à ce jour. L’Egypte reste, elle, première du groupe avec près d’un demi million de téléchargements.

Cette nouvelle version s’est spécialement distinguée par sa rapidité : elle offre une navigation deux à six fois plus rapide que les versions précédentes, et ceci grâce aux améliorations majeures apportées au moteur JavaScript. De gros efforts ont été faits au niveau de la sécurité, tels que les fonctionnalités « Do Not Track » ou « Content Security Policy » (CSP) qui assurent à l’utilisateur une navigation sure et un contrôle total de ses données personnelles. Un design très épuré et « fun » lui a permis d’en séduire plus d’un.

Sur tous les fronts et tout juste une semaine après le lancement de Firefox 4 pour PC, Firefox 4 mobile est disponible. Cette version a été publiée sur Android Market pour Android 2.0 et suivants, ainsi qu’une version compatible avec le système Maemo de Nokia. Gros points forts: trois fois plus rapide que le navigateur natif d’Android et plein d’autres plus dont le plus important reste la synchronisation possible entre la version fixe et la version mobile, que ce soit au niveau de l’historique, des onglets ou même des mots de passe.

La Tunisie découvre ainsi les joies de l’Open web grâce à Mozilla ainsi que du reste de ses produits. Le président de Mozilla Europe, Tristan Nitot, s’est même prononcé sur le sujet tunisien en exprimant la satisfaction de la fondation de la presque équivalence des parts de marché des navigateurs avec 33% des internautes tunisiens utilisant Firefox contre 48,5% pourGoogle Chrome et 16% pour Internet Explorer 9. Il réitère ainsi la philosophie Open Source de la fondation Mozilla contre celle « closed » de Microsoft et qui offre à l’utilisateur des garanties au niveau des logiciels et lui permet de faire face aux utilisations malintentionnées des politiques et gouvernements, par exemple suite à la connaissance du code source.

Il existe en Tunisie une communauté Mozilla. Cette communauté milite, aujourd’hui plus que jamais, pour un web libre et ouvert à tous. Elle prendra part à une fête internationale donnée le vendredi 15 Avril 2011, à l’occasion du lancement de la version finale de Firefox 4. L’évènement réunira des pays du monde entier, y compris ceux constituant la communauté Mozilla Arabe.

L’utilisation du web évolue chaque jour un peu plus. Ce seront donc les challenges de la transparence et de l’ouverture qui feront changer la donne.

Commentaires: