Artocratie : la liberté portée par des portraits !


Autre temps, autre vision. L’époque où les portraits de Ben Ali étaient à tous les coins de rue est bel et bien révolue. Maintenant place à d’autres clichés ! C’est la révolution de l’art et un hommage d’un groupe d’artistes au peuple tunisien.

Ces passionnés d’instantanés ont pris des centaines de photos de gens ; des gens de différents âges différentes villes, différents milieux, mais tous appartenant au peuple. Leurs portraits ont été accrochés sur des lieux forts symboliques, comme les anciens sièges du RCD à Sfax et au Kram.

Une exposition qui n’a laissé personne indifférent. Les réactions ont été très diverses. Explication du concept et réponses à des centaines de questions. Le but des organisateurs a été atteint : faire réagir les passants. Pour Marco Berrebi, l’un des initiateurs, le projet a provoqué la discussion : « Les gens ont besoin de parler après 50 ans de silence. Certains n’ont jamais eu l’occasion de le faire ».

Des personnes se sont demandé pourquoi il n’y avait pas les photos des martyrs. Wissal, l’une des six photographes à avoir travaillé sur ce sujet, a expliqué que les artistes ont préféré mettre en valeur la vie. Une jeune fille du Kram, face aux prises en noir et blanc : « C’est moche et ça fait peur aux enfants ». C’est de l’art. Cela ne peut pas plaire à tout le monde.


Certains ont eu une réaction radicale, limite violente. Les membres de l’association du développement du Kram ont du faire face à des intégristes du quartier qui voulaient détruire les portraits, arguant : « les photos sont haram (interdites par la religion) ! ». Un des passants s’est insurgé : « Pourquoi ils ne se sont pas pris aux photos de Ben Ali avant la Révolution ? Pourquoi ils ne s’en prennent pas aux panneau publicitaires qui affichent des visages ? Il s’en prennent à la symbolique du projet, à la démocratie ! »

Berrebi accepte ce genre de réactions aussi. « C’est pour ça que nous avons choisi du papier et de la colle, s’ils veulent les enlever, il n’y a pas de problème. Cela fait parti des réactions ».

Crédit photo: http://jr-art.net

Commentaires: