Commission stratégique pour Tunisair ou confirmation des commissions de Belhassen et El Materi ??

Le ministre de l’équipement et du transport vient de décider la création d’une commission stratégique chargée d’évaluer la situation de la compagnie aérienne Tunisair afin d’élaborer un plan d’action pour sa relance selon un communiqué de la TAP du mardi 15 Mars courant.

Cette commission serait présidée par Mr Habib El Fekih, ex cadre de Tunisair et actuel représentant d’Airbus à Dubaï.

La commission comporterait en outre des représentants du ministère du transport, de l’aviation civile et de certains cadres de Tunisair dont Monsieur Faouzi Mouelhi, chargé de la stratégie au sein de la compagnie nationale.

L’initiative est très intéressante mais pose plusieurs problèmes :

L’aviation civile et le ministère du transport en leurs qualités d’autorités régulatrices n’ont pas à figurer dans cette commission.

Le choix de Mr Habib El Fekih pour présider cette commission crée un conflit d’intérêts et pose un problème déontologique : malgré l’intégrité incontestable du personnage, Mr Habib El Fekih, cadre influent d’Airbus ne peut en aucun cas travailler contre les intérêts de cette dernière et les intérêts de Tunisair peuvent ne pas aller de pair avec ceux d’Airbus!!! Ni d’ailleurs avec les intérêts de Belhssen Trabelsi et de Sakhr El Materi, bénéficiaires des commissions liées au plan de flotte de Tunisair acté en 2008 d’une valeur globale de 2000 milliards de nos millimes comprenant l’acquisition de 16 Airbus dont 2 avions A330 sans aucune utilité pour Tunisair, auquel s’ajoute le A 340 destiné au narco trafiquant Ben Ali.

Un tel conflit d’intérêt suscite le doute. Cette commission stratégique aurait-elle pour objectif le maintien du plan de flotte de Tunisair afin d’assurer les commissions de Belhassen Trabelsi et de Sakhr El Materi dans cette transaction. Ces dernières sont tellement importantes qu’elles ne peuvent pas être servies en totalité en cash ; une grande partie aurait pris la forme d’actions dans la société EADS (holding d’Airbus spécialisé en aéronautique et défense) implantée en Tunisie. Y-a-t-il par ailleurs des rétro commissions ? Si c’est le cas, qui en a profité ?

M. le ministre du transport, ministre provisoire n’a pas à s’occuper des questions de stratégie d’une entreprise ou alors il doit nous confirmer que le plan de flotte de 2008 est sujet à révision et que la commission créée n’a pas pour but le maintien et la confirmation de ce dernier.

Quand à la composition de cette commission le ministre de tutelle aurait été plus inspiré de consulter et de nommer les cadres compétents de Tunisair.

Commentaires: