Kadhafi: Un fou blindé d’argent et armé jusqu’aux dents au pouvoir

Le carnage continue en Libye. Une semaine depuis le début de la révolution populaire en Libye, Bengazi, deuxième plus grande ville de Libye, paye le lourd tribut de la folie meurtrière de Mouammar Kadahfi avec plus de 2000 morts. Sauvagement tués: des tirs à balles réelles, des tirs de mortier, et carrément des roquettes antiaériennes, directement dans la foule qui contestait l’actuel régime Libyen.

Les avis internationaux commencent à arriver. Les pays arabes, Les États Unis, l’Union Européenne haussent le ton face à un tel chaos. « La souffrance et le bain de sang sont scandaleux et inacceptables » dit le président des Etats-Unis Barack Obama. Il a appelé « les nations et les peuples du monde entier » à se concerter pour parler « d’une seule et même voix ». A propos de Mouammar Kadhafi, il a ajouté: « Il doit être tenu responsable de son incapacité à honorer ses responsabilités, et il devra affronter les conséquences qu’entraînent les violations continues des droits humains ».
La fédération Internationale des Droits de l’Homme se dit indignée de ce qui se passe et suit l’affaire de très près. Tout le monde cherche à évacuer, dans des conditions difficiles certes, ses ressortissants de ce pays « en guerre ». Les Tunisiens et Égyptiens se trouvent en ligne de mire des actes de violences sous prétexte que ce sont leurs pays qui sont à l’origine de tout ce chaos en Libye.

Après un discours qui tient du surnaturel avant hier, Kadhafi cherche, à sa manière, à retrouver sa notoriété. Mais les choses ne s’annoncent pas très bien pour lui, la majorité de ses ambassadeurs dans le monde l’ont lâché, son armée se retourne contre lui et soutient le peuple et il s’attire les foudres du reste de la planète qui menace de faire une intervention militaire pour arrêter ce massacre.

Le « Dégage Kadhafi » s’annonce comme un parcours du combattant pour le peuple Libyen. Entre carnages humains, menaces de bruler le pétrole et tentatives de duper le peuple, Kadhafi nous montre une fois de plus l’étendue de sa folie et de sa cruauté.

Commentaires:

Commentez...