Lutte contre le coronavirus : Le ministère de l’Intérieur serre la vis

Conformément à ce qu’a annoncé le chef du gouvernement Hichem Mechichi, lors de son allocution, dans la soirée de lundi 9 novembre 2020, il y aura un passage à un niveau supérieur concernant l’application des mesures barrières de lutte contre le coronavirus dont notamment le port du masque.

A ce titre, le ministère de l’Intérieur a annoncé dans un communiqué qu’un ensemble de mesures seront appliquées dans le cadre de la lutte contre la propagation du coronavirus.

Les déplacements entre les gouvernorats des personnes et des véhicules ne seront désormais possibles qu’en cas d’extrême nécessité ou pour les cas urgents. Il faut présenter un justificatif de déplacements entre les gouvernorats (travail, services d’approvisionnement et de livraison, déplacements des élèves et des étudiants) pour pouvoir passer d’un gouvernorat à l’autre.

Les déplacements entre les villes sont surveillés par les agents de police et de la Garde nationale de jour comme de nuit, selon les nouvelles mesures et les textes en vigueur. Et tous ceux qui ne respecteront pas les mesures seront sanctionnés et seront obligés de rebrousser chemin.

Un contrôle plus rigoureux sera appliqué concernant les protocoles mis en place comme le port obligatoire du masque de protection dans les espaces et les lieux publics. Le non respect des règles sera désormais sanctionné, a rappelé le ministère de l’Intérieur. Rappelons, dans ce cadre, que le non port du masque est passible d’une amende de 60 dinars.

Par ailleurs, le ministère de l’Intérieur rappelle que les rassemblements de plus de quatre personnes sur la voie publique sont également interdits et le respect de la distanciation sociale est obligatoire et ce, pour limiter la propagation du coronavirus.

Hier, Hichem Mechichi avait averti que les équipes sécuritaires seront renforcées notamment au niveau des stations et des gares et entre les gouvernorats pour faire appliquer ces mesures destinées à lutter contre la propagation du coronavirus, reconnaissant au passage que la situation épidémiologique est actuellement extrêmement difficile en Tunisie.

Mechichi qui a exhorté les Tunisiens à se soumettre aux dispositions sanitaires et aux protocoles, et a averti contre le fait que la Tunisie pourrait enregistrer jusqu’à 7000 décès au coronavirus d’ici quelques semaines.

Commentaires:

Commentez...