« L’homme qui a vendu sa peau » de Kaouther Ben Hania, Meilleur Film Arabe au Festival du Film d’El Gouna

GFF 2020 Kaouther Ben Hania
L’Etoile du Meilleur film arabe pour « L’homme qui a vendu sa peau » de Kaouther Ben Hania

C’est hier soir que s’est achevée la 4ème édition du Festival du film d’El Gouna (GFF) par une cérémonie qui s’est tenue au Centre de conférence et de culture d’El Gouna, au cours de laquelle les films lauréats des prix du festival, d’une valeur d’environ 224 000 USD, ont été annoncés.

Après une chanson de la tunisienne Emel Mathlouthi avec laquelle a débutée la cérémonie, un hommage avait été rendu à l’acteur égyptien Khaled El Sawy qui a reçu un Prix d’Excellence pour l’ensemble de son œuvre. Très ému, El Sawy a fait part de son bonheur d’être ainsi honoré par ce festival du Film d’El Gouna, qu’il considère comme l’un des événements cinématographiques les plus importants de toute la région arabe.

El Gouna 2020 Khaled Al Sawy
Khaled Al Sawy, très ému.

Le nouveau Prix Khaled Bichara pour les cinéastes indépendants en Égypte a ensuite été décerné au projet de film Hamlet des bidonvilles d’Ahmed Fawzi-Saleh. A partir de cette édition, ce prix, d’une valeur de 10.000 USD sera décerné chaque année pour soutenir les jeunes cinéastes égyptiens.

Les prix récompensant la sélection officielle ont finalement été annoncés, après un très sympathique clin d’œil au feuilleton égyptien 100 wech/100 visages qui avait cartonné dans le monde arabe pendant le mois de ramadan dernier et dont les protagonistes avaient été un peu les chouchous de cette édition du festival. Ce feuilleton raconte les aventures d’une bande de malfaiteurs très sympathiques. Hier, avec leur chef Asser Yassine, d’ailleurs membre du jury Longs métrages de fiction, ils avaient en effet volé les trophées destinés aux lauréats. Heureusement qu’Intishal Al Timimi, directeur du GFF, avaient pu les récupérer !

Sans surprise, le film L’homme qui a vendu sa peau de la réalisatrice tunisienne Kaouther Ben Hania a remporté le Prix du Meilleur Film Arabe. Ce film, dont l’idée même avait germée pendant ce festival et dont le projet avait remporté en 2018 un prix de 10.000 dollars offerts par B-Link Productions sur la plateforme CinéGouna, avait été le film d’ouverture de cette 4eme édition.

La première de ce film avait eu lieu à la Mostra du Cinéma de Venise en septembre 2020 dans la section Orrizonte, où il avait remporté deux prix : le Prix Edipo Re et le Prix du Meilleur acteur pour le jeune syrien Yahya Mahayni.

El Gouna 2020 L'homme qui a vendu sa peau
Kaouther Ben Hania reçoit le prix du Meilleur Film arabe pour son film « L’homme qui a vendu sa peau »

(Vous pourrez écouter le mot de remerciement de Kaouther Ben Hania  en cliquant ici)

Le film palestinien 200 mètres, réalisé par Ameen Nayfeh, dont le projet avait en 2017, remporté un prix de 5.000 dollars à la CineGouna Platform, qui avait également été sélectionné à la Mostra du Cinéma de Venise dans la section Venise Days et qui y avait remporté le Prix du Public, a quant à lui récolté au GFF trois prix : le Prix ​​FIPRESCI, le Prix ​​du public et le Prix du Meilleur acteur pour Ali Suliman.

Palmarès complet de cette 4eme édition du GFF :

– Compétition Longs métrages de fiction :

  • L’Etoile d’Or Long Métrage de fiction (trophée, certificat et 50.000 USD) pour le film bosniaque Quo vadis, Aida? par Jasmila Žbanic ;
  • L’Etoile d’Argent Long Métrage de fiction (trophée, certificat et 25.000 USD) pour le film italien Bad Tales de Damiano D’Innocenzo et Fabio D’Innocenzo ;
  • L’Etoile de Bronze Long Métrage de fiction (trophée, certificat et 15.000 USD) pour le film In Between Dying de l’Azerbaïdjanais Hilal Baydarov;
  • L’Etoile du Meilleur film arabe de fiction (trophée, certificat et 20000 USD) pour le film L’homme qui a vendu sa peau par Kaouther Ben Hania;
  • L’Etoile du Meilleur acteur (trophée, certificat) pour le palestinien Ali Suliman pour son rôle dans le film 200 mètres ;
  • L’Etoile de la Meilleure actrice (Trophée, certificat) pour Jasna Duricic pour son rôle dans le film Quo vadis, Aida?;
  • Mention spéciale du jury pour le film Oasis réalisé par le serbe Ivan Ikic.

– Compétition Longs métrages documentaires :

  • L’Etoile d’Or Long Métrage documentaire (trophée, certificat et 30.000 USD) pour le film Jours de cannibalisme par Teboho Edkins (Afrique du Sud) ;
  • L’Etoile d’Argent Long Métrage documentaire (trophée, certificat et 15.000 USD) pour Softie par Sam Soko (Kenya) ;
  • L’Etoile de Bronze Long Métrage documentaire (trophée, certificat et 7.500 $ US) pour Chasseurs de truffes par Michael Dweck et Gregory Kershaw (Italie, États-Unis, Grèce);
  • L’Etoile du Meilleur Long Métrage documentaire arabe (trophée, certificat et 10.000 USD) pour Leur Algérie par Lina Soualem (France, Algérie, Suisse).

– Compétition Courts métrages :

  • L’Etoile d’Or Court métrage (trophée, certificat et 15.000 USD) pour Être ma mère par Jasmine Trinca (Italie) ;
  • L’Etoile d’Argent Court métrage (trophée, certificat et 7.500 $ US) pour Frontière bleue par Ivan Milosavljević (Serbie, Slovénie) ;
  • L’Etoile de Bronze Court métrage (trophée, certificat et 4.000 USD) pour Sër Bi par Moly Kane (Sénégal) ;
  • L’Etoile du meilleur court métrage arabe (trophée, certificat et 5.000 USD) pour J’ai peur d’oublier votre visage par Sameh Alaa (Egypte). Il est à noter que ce film avait remporté la veille la Palme d’Or Court Métrage au Festival de Cannes 2020.

Le Prix ​​du public pour un film illustrant des thèmes humanitaires (trophée, certificat et 20 000 USD) pour 200 mètres par Ameen Nayfeh (Palestine).

Prix ​​NETPAC du meilleur film asiatique pour In Between Dying par Hilal Baydarov.

Prix ​​FIPRESCI pour 200 mètres par Ameen Nayfeh.

Neïla Driss

Commentaires:

Commentez...