Tunisie : 6 mois de prison à l’encontre de ceux qui violent l’auto-quarantaine

L’Article 312 du Code pénal relatif aux infractions intéressant la Santé publique, est clair à ce sujet : « Est puni de six mois d’emprisonnement et de cent vingt dinars d’amende, quiconque aura contrevenu aux interdictions et mesures prophylactiques ou de contrôle ordonnées en temps d’épidémie ».

Le directeur régional de la santé préventive à Sousse Mohamed Ghadbani a rappelé, ce mercredi 17 juin 2020, sur les ondes de Mosaique fm, que toute violation des procédures d’auto-quarantaine de la part des citoyens arrivant de l’étranger et jusqu’au 26 juin s’exposent à des sanctions et encourent une peine de 6 mois de prison et amende de 120 dinars.

Ce rappel a été fait notamment après le malheureux épisode de Menzel Temim. Une citoyenne tunisienne de retour du Canada a quitté sa chambre d’hôtel, où elle résidait pour la quarantaine obligatoire, afin d’assister à un mariage.

Résultat, des enquêtes ont été lancées sur les personnes qui étaient en contact avec la femme contaminée par le coronavirus et près de 80 personnes ont été soumises à l’auto-quarantaine.

Par ailleurs, la délégation de Menzel Temim a annoncé qu’une opération de dépistage a été lancée sur les personnes qui ont eu un contact direct avec la femme ayant fui la quarantaine obligatoire et ce pour prendre les mesures nécessaires dans les plus brefs délais.

Commentaires: