Tunisie : L’enfance est en danger

La ministre de la Femme, de la Famille, de l’Enfance et des Personnes âgées, Asma Shiri lance un cri d’alarme : l’enfance tunisienne est en danger. Elle a évoqué, dans une interview parue dans l’édition d’Acourouk, ce mardi 9 juin 2020, cette situation désastreuse de l’enfance tunisienne, chiffre à l’appui.

D’abord et selon elle, 50% des enfants tunisiens sont affectés par la pauvreté d’où la raison qui pousse plusieurs enfants à abandonner les bancs de l’école. A ce titre, la Tunisie enregistre, ces dernières années, le chiffre effarant de 100.000 à 120.000 abandons scolaires au niveau de l’enseignement secondaire.

Plus de 100.000 abandons scolaires

Les derniers chiffres concernant le décrochage scolaire à tous les stades de l’enseignement primaire, préparatoire et secondaire s’établit à 101.863 élèves, le cycle secondaire présentant le plus grand pourcentage d’abandons scolaires avec 47%, tandis que le cycle préparatoire se situe autour de 42,7% au cours de l’année scolaire 2017-2018.

Par ailleurs, l’abandon scolaire cause une perte financière annuelle estimée à plus d’un milliard de dinars, soit 20% du budget du ministère de l’Education.

Violence multipliée par 3

Asma Shiri révèle, par ailleurs que 4500 cas de violence à l’égard des enfants ont été enregistrés en 2016 et que ce nombre a doublé pour atteindre 9027 cas en 2017. En quasiment cinq ans le nombre de signalements relatifs à la violence à l’égard des enfants a été multiplié par 3.

En fait, les chiffres pour l’année 2019 font état de 17.000 signalements relatifs à la violence à l’égard des enfants, essentiellement en milieu familial contre 5000 signalements en 2015, soulignait en octobre dernier Néziha Laabidi, ancienne ministre de la Femme, de la Famille, de l’Enfance et des Seniors, confirmant ainsi les études effectuées par l’UNICEF et selon laquelle 93% des enfants sont victimes de toutes sortes de violences en Tunisie.

Commentaires:

Commentez...