« Menech Mrawhin » ou quand des Tunisiens boycottent leur pays !

 

Sur les réseaux sociaux le mouvement prend de l’ampleur jour après jour. En effet, la grogne ne cesse de monter dans les rangs des Tunisiens à l’étranger, dont certains, ont carrément décidé de boycotter la Tunisie, cet été.

Une colère qui s’explique notamment par les décisions des autorités portant sur la hausse des tarifs consulaires mais aussi sur l’obligation de soumettre les Tunisiens de retour de l’étranger à une semaine de confinement dans un hôtel à leur charge.

Se sentant abandonnés à eux-mêmes dans cette crise sanitaire, ils n’ont trouvé refuge que sur les réseaux sociaux où ils ont lancé l’initiative Menech Mrawhin (on ne rentrera pas) pour exprimer leur ras-le-bol face aux décisions du gouvernement.

En effet, sur Facebook, quelques groupes ont été créés depuis quelques jours regroupant plusieurs dizaines de milliers d’abonnés, en majorité des Tunisiens résidant à l’étranger, où ils s’échangent les informations, mais aussi les initiatives pour contrer ces nouvelles mesures. Principalement, le seul message qu’on peut retenir à travers les différentes publications c’est que des Tunisiens ont décidé de boycotter leur pays, cet été.

S’exprimant au nom de ces citoyens, le président de la commission des Tunisiens à l’étranger, Thamer Saad, a appelé le gouvernement à revoir le prix des billets d’avion. Il a également souligné la nécessité d’un réexamen du prix de la quarantaine obligatoire, d’autant plus que c’est l’État l’avait imposé. Il a souligné qu’il est du devoir de l’Etat de partager les coûts au moins avec les personnes concernées. Il a souligné qu’il faut prendre en considération que les Tunisiens bloqués à l’étranger et même certains des résidents vivent dans des conditions économiques détériorées et ne sont pas « riches ».

L’augmentation des tarifs consulaires fournis aux tunisiens résidant à l’étranger ne plait pas, également, au chef de l’Etat Kais Saied, qui a eu une rencontre avec le ministre des Affaires étrangères à cet effet. Dans ce sens, Saied avait souligné la nécessité d’accélérer le rapatriement des tunisiens bloqués à l’étranger et de revoir ces tarifs, insistant sur le rôle de la communauté tunisienne hors des frontières dans la consolidation de l’économie nationale et sa contribution au soutien des tunisiens à l’intérieur du pays, notamment en cette étape difficile.

 

Commentaires: