Nostalgies : L’incomparable frisson des abricots

Je n’ai jamais su si, ailleurs dans le monde, les enfants collectionnent les noyaux d’abricots.
Je devrais d’ailleurs employer l’imparfait car ces jeux ne sont plus d’époque et je doute que les enfants d’aujourd’hui continuent à avoir les poches pleines de billes, toupies et noyaux d’abricots.
Pour ceux qui ont mon âge, c’était autre chose. Nous attendions avec impatience cette saison et en profitions pour récupérer chaque noyau d’abricot qui devenait un trésor.
Les jeux étaient simples: les noyaux étaient utilisés comme des quilles qu’il fallait faire tomber ou bien des jetons qu’il fallait placer sur une surface dessinée au sol avec de la craie.
Le but du jeu était simple. Il s’agissait de repartir avec les noyaux gagnés et enrichir sa collection.
Je vous passerai les détails. Comment en quelques lignes, évoquer ceux qui coulaient du plomb dans leurs noyaux ou ceux qui les séchaient au soleil avant de les colorier.
Il me suffit de dire qu’au bout de la saison des abricots, nous étions nombreux à fabriquer un orgeat avec les noyaux pour faire revivre un autre de ces souvenirs incomparables liés aux abricots.
Ce fut un temps, celui inoubliable de la récupération de tout ce qui nous tombait sous la main pour créer les jouets et les jeux les plus inattendus.
Charnu, juteux ou sec, impossible de déguster un abricot sans que ne rejaillisse cette mémoire des jeux oubliés !

Commentaires: