La déléguée de Zeramdine refuse son limogeage et accuse le gouverneur de corruption

La déléguée de Zeramdine, gouvernorat de Monastir, a exprimé son refus de la décision de sa mise à l’écart.

Hend Harrabi a confirmé ce mardi 21 avril 2020 avoir soumis, le 21 janvier 2020, au ministère de l’Intérieur des dossiers de corruption qu’elle avait collectés concernant des soupçons associés au gouverneur de Monastir.

Ce dernier protège des personnes impliquées dans le monopole de l’huile subventionnée et la pollution de l’environnement, selon ses dires.

La responsable, qui s’est exprimée sur Jawhara fm, a assuré être en possession de toutes les preuves inculpant le gouverneur de la région qu’elle avait également accusé de l’avoir menacée de limogeage quand elle avait refusé de lui fournir une liste nominale de 1400 partisans du candidat de Tahya Tounes lors des dernières élections.

Elle a ajouté que les dossiers en sa possession avaient également été remis au ministre chargé de la fonction publique, Mohamed Abbou, il y a environ un mois, soulignant qu’elle s’était adressée au Chef du gouvernement et au président de la République à ce sujet.

La déléguée a indiqué qu’elle sera présente au siège de la délégation jusqu’à ce qu’elle soit contactée par le ministère de l’Intérieur pour justifier les raisons du limogeage.

Rappelons que quatre délégués – Henda Harrabi de Zaremdine, Wassim Sbii de Sidi Hani, Riadh Ben Salem de Kalaa Snan et Imed Farhat de Mnihla à l’Ariana, ont été limogés, hier lundi 20 avril 2020 par le ministre de l’intérieur Hichem Mechichi.

Ces limogeages sont dus à des soupçons de corruption révélés par l’Instance Nationale de lutte contre la Corruption notamment en ce qui concerne la distribution de la semoule, de la farine et des aides sociales, qui, dans certaines régions s’est transformée en chaos avec des foules immenses rassemblées devant les bureaux de poste et les sièges des délégations.

Commentaires:

Commentez...