Tunisie – Confinement : Frais de scolarité, la grogne des parents d’élèves

Confinement oblige, les établissements éducatifs en Tunisie sont tous fermés depuis maintenant un mois. Cela englobe tous les établissements, publics comme privés mais aussi ceux qui dépendent de l’Agence de l’enseignement français à l’étranger (AEFE).

Le troisième trimestre étant engagé, les parents d’élèves inscrits dans ces établissements privés ou relevant de l’AEFE sont confrontés, aujourd’hui au paiement des frais de scolarité.

L’exemple des établissements éducatifs français en Tunisie illustre la situation de blocage qui prévaut. Le montant des frais de scolarité du troisième trimestre a été exigé aux parents d’élèves par l’AEFE en cette période exceptionnelle liée à la crise sanitaire.

Or, une grogne générale s’est installée au sein des parents d’élèves pour exprimer un certain malaise face à cette exigence de paiement alors qu’en cette période de confinement l’enseignement a été transféré à domicile.

En effet, on estime qu’il est illogique de supporter la totalité des frais de scolarité alors que ces établissements ont diminué leurs frais de fonctionnement. Dès lors, une baisse du montant des frais de scolarité pendant ce confinement s’avère plus logique.

Les arguments ne manquent pas aux parents d’élèves. Ils invoquent plusieurs d’abord une année scolaire émaillée par des grèves, des absences d’enseignants et aujourd’hui, un confinement qui les pénalise sur plusieurs plans.

En effet, de nombreux parents d’élèves ont dû assurer des coûts supplémentaires pour la gestion de la mise en place de l’enseignement numérique, pour l’achat de matériel informatique, d’outils de travail supplémentaires, etc. Mais ils invoquent également le remplacement des enseignants dans le suivi pédagogique de leurs enfants d’où une implication quotidienne des parents.

Ces parents estiment avoir pris la place des enseignants alors que bon nombre d’entre eux sont en télétravail et d’autres sont confrontés au gel de leur activité. Comment leur demander alors de payer l’intégralité de frais de scolarité ?

Une réduction des frais de scolarité du dernier trimestre de l’année scolaire en cours ou une annulation de l’augmentation des frais de scolarité pour l’année 2020-2021. Les deux options ont été avancées en attendant une réaction de l’AEFE.

Commentaires:

Commentez...