Krichi compare le coût des élections anticipées à celui d’une guerre

Krichi compare le coût des élections anticipées à celui d’une guerre

Par -

Khaled Krichi, député et dirigeant au Mouvement Echaab, a estimé que la dissolution de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) et la tenue d’élections législatives anticipées représentent une solution amère mais acceptable et constitutionnelle.

Invité ce mardi 18 février 2020 sur Shems fm, il a souligné l’importance des coûts de l’organisation de nouvelles élections, estimant que ces dernières auront « le même coût que celui d’une guerre ».

En plus du coût financier, les élections anticipées auront un coût politique très élevé, d’autant plus que la Tunisie a des engagements financiers, sociaux et économiques qui ne peuvent pas attendre, ajoute-il.

Situation constitutionnelle exceptionnelle

Alors qu’Ennahdha a levé le ton et cherche désormais à retirer la confiance au gouvernement Chahed, le président de la République, Kais Saied, a appelé à la nécessité de respecter les dispositions de la Constitution.

Tranchant, il a assuré que si le gouvernement Fakhfakh échoue à obtenir la confiance du parlement il appliquera le 89ème article de la Constitution qui stipule la dissolution du parlement et la tenue d’élections législatives anticipées. « Si le prochain gouvernement échoue à obtenir la confiance du parlement, le parlement sera dissous et on aura recours au peuple tunisien », a-t-il assuré.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo