Tunisie : Après le lait et les pêches, les olives jetées sur la route !

Photo issue des réseaux sociaux

Des scènes désolantes se sont produites hier lundi 30 décembre dans le gouvernorat de Sidi Bouzid où des agriculteurs ont observé un mouvement de protestations sur fond de la crise de l’huile d’olive.

En effet, des quantités d’olives ont été jetées sur la route en signe de protestation contre la politique du ministère de l’Agriculture qui a fixé le prix de vente de l’huile d’olive à 5,6 dt réduisant ainsi la marge de bénéfice des agriculteurs.

En colère des agriculteurs de la délégation de Jelma ont observé, lundi, un sit-in contre la baisse du prix des olives. Appelant à la révision des prix des olives et de l’huile, les protestataires ont bloqué, par des sacs d’olives, la route nationale n°3 reliant Tunis à Gafsa, au niveau du siège de la délégation, où des quantités considérables d’olives ont été jetées sur la route.

Des scènes qui nous rappellent certainement les quantités de lait et de fruits qui ont été également jetées sur la route à cause de crises similaires.

Lors d’une réunion tenue jeudi 26 décembre 2019 entre l’Union tunisienne de l’agriculture et de la pêche (UTAP) et la commission de l’agriculture et de la sécurité alimentaire de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), il a été convenu d’accélérer la préparation d’une initiative législative avant la fin de cette année pour sauver le reste de la saison de récolte des olives.

Le président de l’UTAP, Abdelmajid Zaar, a déclaré que cette initiative permettra à l’office nationale de l’huile (ONH) d’acheter l’huile au coût de production afin de sauver l’agriculteur et valoriser le produit.

Selon l’union, les pertes totales de la saison des olives s’élèvent à plus de 750 millions de dinars, ainsi que d’autres graves répercussions du retard de la collecte sur la qualité et les récoltes de l’année prochaine.

 

Commentaires:

Commentez...