Les conflits internes d’Ennahdha, causes du retard de la formation du gouvernement

Après Attayar et Tahia Tounes qui ont officiellement jeté l’éponge, c’est au tour du mouvement Echaab d’officialiser sa position.

Zouheir Maghzaoui, secrétaire général du parti, a annoncé qu’il n’est désormais plus concerné par les concertations ni par la participation au nouveau gouvernement.

« La proposition faite par le chef du gouvernement désigné, Habib Jemli, ne répond pas au minimum requis par le mouvement Echaab », a-t-il déclaré, expliquant au’en premier lieu, Jemli allait former un gouvernement comprenant 15 ministres indépendants mais est par la suite revenu sur sa décision.

Maghzaoui a ajouté que son parti refuse un gouvernement apolitique ou indépendant vu qu’il s’agit d’une « manœuvre visant à dissimuler les considérations partisanes », et rejette l’idée de confier 10 portefeuilles ministériels à caractère économique et stratégique comme les ministères du développement, de l’énergie, du commerce, des finances, du transport, de l’agriculture, de la santé et de l’éducation à des responsables indépendants.

Il a fait savoir que lors des concertations son parti a revendiqué 4 portefeuilles ministériels mais que Jemli leur a proposé 2.

« Jemli a proposé un gouvernement de 25 ministres dont 15 indépendants et 10 partisans  (4 du mouvement Ennahdha, 2 du Courant démocrate, 2 du mouvement Echâab, 1 du mouvement Tahya Tounes et 1 du Bloc de la réforme) avant de changer d’avis », ajoute-il, accusant le mouvement Ennahdha d’être derrière cette crise.

Selon ses dires, les conflits internes et la positions changeantes et confuses de ses dirigeants a fait qu’Ennahdha cause un retard dans la formation du nouveau gouvernement.

Commentaires: