Les films documentaires tunisiens en compétition aux JCC 2019 – Edition Nejib...

Les films documentaires tunisiens en compétition aux JCC 2019 – Edition Nejib Ayed

Par -

JCC 2019

 

Lieu des nouvelles interrogations de l’humain, le documentaire est un cinéma en pleine effervescence et innovation. En Tunisie, cet “autre“ cinéma prend également un tournant et devient un genre “Majeur”.

Pour cette édition JCC 2019 (session NEJIB AYED), cinq films documentaires tunisiens de production récente (2018-2019) sont en compétition officielle dans la section documentaire. Ces films ont été retenus parmi les 40 œuvres présentées devant un comité indépendant de visionnage et de sélection des films documentaires se répartissent en trois longs-métrages et deux courts-métrages documentaires.

Le comité indépendant de sélection des films documentaires pour les JCC 2019 (session NEJIB AYED) se compose de Mohamed Haddad, Mohsen Frigi, Khaled Agrebi, Olfa Chakroun et Amin Boukhris.

Ces films concourent en compétition officielle, aux côtés de la sélection internationale des courts métrages et longs métrages documentaires pour les prix suivants

  • le Tanit d’or, du meilleur court métrage documentaire,
  • le Tanit d’or, du meilleur long-métrage documentaire,
  • le Tanit d’argent du meilleur court -métrage documentaire,
  • le Tanit d’argent du meilleur long-métrage documentaire,
  • le Tanit de Bronze du meilleur court -métrage documentaire,
  • le Tanit de Bronze. du meilleur long-métrage documentaire.

 

Les films tunisiens en compétition officielle des Longs Métrages Documentaires JCC 2019:
  • A haunted Past de Fatma Riahi (Tunisie-Qatar 2018) – 90 ‘

A haunted Past ou Absences est le premier long-métrage documentaire de la réalisatrice tunisienne Fatma Riahi.
Présenté en première mondiale au Festival International du Documentaire d’Amsterdam IDFA 2018, ce film a été sélectionné dans les plus grands festivals de Film documentaire.

A Haunted Past raconte l’histoire d’une famille dont la trajectoire est calquée sur les grandes questions de ce début de millénaire: le djihadisme, les problèmes migratoires, la liberté et les droits de l’homme. Un portrait qui raconte, la vie de famille tuniso-bosniaque entre 2005 à 2018. Un père tunisien radicalisé, une mère bosniaque qui se perd et trois filles qui tentent de trouver une place, un sens et une identité. Yamina, Khadija et Imen payent le tribut d’une guerre qui n’est pas la leur, mais qui détermine leurs vies.

A Haunted Past a été écrit et réalisé sur 3 ans par Fatma Riahi. C’est le deuxième film de la jeune réalisatrice après son moyen métrage Tunisie…. Et la révolution continue en 2011.

A Haunted Past JCC 2019

 

  • Sur la Transversale على العارضة de Sami Tlili, (Tunisie 2019) – 90’

Sami Tlili est réalisateur, professeur de cinéma et lettres modernes, et membre actif au sein de la Fédération tunisienne des Ciné-clubs et la Fédération tunisienne des Cinéastes Amateurs. Après trois courts métrages réalisés entre 2005 et 2008, il a poursuivi sa formation aux Ateliers Varan (école du cinéma documentaire) à Paris. En 2012 son premier long-métrage documentaire Maudit soit le phosphate concourait dans la section « Perspective long-métrages ». Ce film a eu le prix du «Meilleur Film Arabe» au 6ème Festival International du Film d’Abu Dhabi en 2012 et le prix de «Meilleure Recherche Documentaire» au Festival du Cinéma Maghrébin d’Alger en 2013.
Sur la Transversale على العارضة, sélectionné dans la section longs-métrages documentaires des JCC 2019 est sa deuxième participation au festival. Le documentaire raconte l’été 1978 dans une Tunisie d’apparence unie dans la joie de la coupe du monde de football (Argentine 1978). L’Équipe nationale est accueillie en héros national, mais la liesse populaire cache une année sombre entre tensions sociales et répressions policières violentes et meurtrières.

Sur la Transversale على العارضة est produit par Nomadis Images et Mille et Une Productions (2019).

Sur la Transversale على العارضة JCC 2019

 

  • Fathallah TV, 10 ans et une révolution plus tard  Wided Zoghlami (Tunisie 2019) – 80’

Une génération, cinq destins, une révolution et un quartier sous le regard de Wided Zoghlami qui filme pendant 10 ans les mutations d’un pays en devenir. Une plongée au cœur de la Tunisie qui se transforme à travers le parcours de cinq jeunes musiciens. Une réflexion sur l’apprentissage de la liberté, sur le rôle et place de l’art et de la culture. Fathallah TV, 10 ans et une révolution plus tard est un film porte-voix d’une génération qui aujourd’hui, dix ans après, se cherche encore, entre un « tout qui change » et un « rien qui bouge ».
Wided Zoghlami est réalisatrice et metteur en scène. Elle est diplômée de l’École des arts du cinéma (EDAC) de Tunis et de l’École internationale de la création et de la réalisation audiovisuelles (EICAR), à Paris. Elle a à son actif un premier court-métrage Presque un plaisir (2007).  Fathallah TV est son premier long-métrage documentaire, produit par Ulysson. Le Film a été sélectionné pour faire partie de l’atelier Takmil, du programme « Carthage Pro » 2018 et a bénéficié d’une bourse d’aide à la production offerte par l’Organisation Mondiale de l’Immigration OIM.

Les films tunisiens en compétition officielle des Courts Métrages Documentaires JCC 2019:

Côté courts, le comité de sélection pour la compétition officielle du film documentaire JCC 2019 (session Néjib Ayed) a choisi deux films de deux jeunes réalisateurs tunisiens Fakhri el Ghezal et Youness Ben Slimane.
Les deux courts-métrages figuraient dans la compétition officielle pour le prix “ Pardi di domani” au Festival du Film de Locarno (Suisse) 2019.

  •  أهل الكهف, les Compagnons de la caverne de Fakhri El Ghezal (Tunisie-2019) – 20′

C ‘est un récit de voyage que livre Fakhri El Ghazel, un flux d’images et de musiques qui retracent le chemin physique et spirituel de deux jeunes rappeurs tunisiens Jojo M et Galaa… Périple d’immigration clandestine, qui mène les artistes de mines de Redeyef jusqu’aux rues de Nantes en France.
Tourné en Super 8 et en noir et blanc, c’est le troisième documentaire de Fakhri El Ghezal après Al-Ghouroub – The After (2016) et Héni Eltéli – I’m at your back (2017). Photographe, vidéaste et réalisateur, Fakhri El Ghezal a déja exposé ses œuvres (photos, installations vidéo et numériques) à Beirut, Barcelone, Bruxelles, New York, Marseille et Bamako. Son film Les Compagnons de la caverne est produit par Rosa Luxemburg Stiftung Tunisie.

  • All Come From Dust – من طين de Younes Ben Slimane (2019) – 9’

Ce premier film de Younes Ben Slimane aux allures « d’essai poétique » est officiellement sélectionné aux JCC 2019 (session Néjib Ayed) après avoir participé à la 72ème édition du Festival du film de Locarno dans la section Pardi di Domani: Concorso internazionale

Avec un titre biblique Tout vient de la poussière et retourne à la poussière est une exploration du lien homme-nature avec pour cadre le magnifique sud tunisien, terre d’origine du réalisateur. Younes Ben Slimane est architecte de formation mais sa vocation artistique l’a mené de la photographie à la vidéo et au cinéma.

All come from dust – من طين de Younes Ben Slimane est produit par le Centre National du Cinéma et de L’Image (CNCI) dans le cadre du programme خطوات Ciné Par Court (octobre 2018).

Communiqué

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo

Films tunisiens au CIFF 2019video

CIFF 2019