Faillite de Thomas Cook : Etendue des dégâts ? Un hôtelier explique !

 

Ce mardi, la cellule de crise créée au sein du ministère du Tourisme pour faire face aux retombées de la faillite du tour opérateur britannique Thomas Cook doit se réunir.

La cellule comprend des responsables et représentants des tourismes tunisien et britannique, des dirigeants de la Banque centrale de Tunisie ainsi que ceux des compagnies aériennes impactées par la faillite, à savoir Tunisair et Nouvelair.

Les pertes du secteur du tourisme, estimées à 60 millions d’euros, soit 200 milliards, seront accablants pour les hôteliers tunisiens qui se trouvent, depuis le mois de juin, non payés par le voyageur britannique.

Des dégâts similaires à ceux des attaques terroristes de 2015 ?

Pour Mehdi Allani, directeur de l’hôtel Sentido le Sultan à Hammamet, son établissement n’a pas reçu d’argent de Thomas Cook au cours des trois derniers mois et perd ainsi 25% de son chiffre d’affaire annuel.

S’exprimant à RTBF, l’hôtelier a exprimé ses craintes quant aux répercussions de cette faillite sur le fonctionnement de son hôtel, où 270 personnes sont employées.

Il va même jusqu’à comparer la faillite de Thomas Cook aux attentats terroristes de 2015 du point de vue de l’impact. Selon ses dires, la situation du tour opérateur affectera le secteur du tourisme « encore plus que ces attentats ».

Le ministère du tourisme a rapidement réagi

Quelque 103 mille touristes sont venus en Tunisie cette année via les vols Thomas Cook jusqu’au 10 septembre 2019, a déclaré hier René Trabelsi, ministre du Tourisme et de l’Artisanat.

Il a expliqué hier à la télévision nationale qu’il n’y aurait aucun impact sur les réservations futures et d’autres agences de voyages seront sollicitées à cet effet. Il a estimé toutefois que le problème réside dans le non-paiement des factures au profit de l’auberge tunisienne pour les mois de juillet et d’août.

Il a précisé que 4 mille touristes britanniques se trouvent actuellement en Tunisie et poursuivront leurs vacances sans problèmes.

Commentaires: