Qui veut inonder la Tunisie de drogues ?

CP : Douane tunisienne

La Tunisie fait face à une intensification des tentatives d’introduction de drogues, notamment le cannabis, sur son territoire et ce à travers les aéroports et ports nationaux.

La dernière opération date seulement d’hier dimanche 24 février, lorsque les services douaniers ont pu avorter une tentative de trafic de 300 plaques de cannabis au port de la Goulette.

Cette importante quantité était dissimulée dans un camion en provenance de Marseille. Une source douanière indique à Mosaïque FM, qu’un gang s’activant dans la région du Sahel serait derrière cette tentative.

25 kg de Marijuana ont été saisis vendredi 22 février 2019 à l’aéroport de Tunis-Carthage. C’est la brigade de la sécurité et de la douane à l’aéroport international Tunis-Carthage qui a découvert cette grande quantité de drogue, dans les bagages d’un voyageur en provenance d’Abidjan.

Un autre voyageur en provenance d’Abidjan a tenté, le 2 février dernier, d’introduire 6 plaques de marijuana d’un poids global de 4 kg mais qui ont été découvertes par l’équipe commune entre Police des frontières et douaniers, spécialisée dans le contrôle à l’aide d’un scanner, au même aéroport.

Un collectif propose la légalisation du cannabis

Il faut rappeler également qu’en décembre dernier, la douane tunisienne annonçait la mise en échec d’une nouvelle opération de contrebande de drogue de différents types. Outre la saisie de plus de 11 mille comprimés d’ecstasy, la douane annonçait la saisie de 418 gr d’une drogue extrêmement dangereuse appelée « Drogue du zombie » ou « sel de bain », qui cause un état d’hystérie.

En décembre dernier, la douane a lancé un cri d’alarme pour mettre en garde contre cette vague de trafic de drogue. Le porte-parole de la Douane tunisienne Haythem Zaned avait commenté les importantes quantités de drogue que les unités saisissent depuis quelques mois, indiquant en effet, qu’il s’agit d’une vague sans précédent.

Il avait évoqué deux hypothèses expliquant l’affluence de grandes quantités de drogue : la première serait liée aux fêtes de fin d’année, lorsque la consommation de ces substances connait un pic. La seconde serait plutôt liée à la sécurité publique afin de semer la zizanie et mettre en œuvre des opérations criminelles. Mais même après la fin des fêtes de fin d’année, les opérations de trafic de drogue se sont intensifiées.

Une vague qui intervient au moment où un collectif annonce une nouvelle initiative pour légaliser la consommation de drogue en Tunisie.  En effet, le collectif précise que cette initiative intervient suite à un constat d’échec de l’approche sécuritaire de la lutte contre la drogue et le cannabis.

10 mille personnes impliquées dans des affaires de drogue en 2018

Le ministre de l’Intérieur, Hichem Fourati avait été auditionné, le 7 janvier dernier, à l’assemblée des représentants du peuple. Une séance qui s’était tenue à huis clos. Lors de cette séance d’audition, Hichem Fourati avait notamment révélé qu’en 2018, dix mille personnes environ ont été impliquées dans des affaires de stupéfiants tout en reconnaissant l’augmentation du nombre de crimes liés à la drogue en milieu scolaire entre 2017 et 2018.

Entre 300 et 400 mille jeunes tunisiens ont consommé au moins une fois de la drogue, principalement du cannabis a laissé entendre pour sa part le ministre la Santé, Abderraouf Cherif. Pour ce ministre, la fléau de la consommation de drogue est inquiétant en Tunisie et nécessite une stratégie nationale pour le combattre.

Commentaires: