Point d’Orgue – Un monde de cons ! (2)

Il n’y a pas que les politicards qui soient foncièrement cons. La connerie étant « la chose du monde la mieux partagée », comme disait l’autre à propos du bon sens, les cons se trouvent donc partout, sans différence de sexe, de race, de religion, de profession ou de catégorie sociale. Une égalité qui n’a pas besoin d’être garantie par le Con-stitution, puisque nos con-citoyens en profitent le plus spontanément du monde.

Déjà dans plusieurs professions, il y a les confrères et les consœurs, ces plus ou moins cons (et connes) qui essaient de se faire passer pour des frères et des sœurs, rien que parce qu’ils partagent avec vous un lieu de travail. Vous pouvez, certes, trouver, parmi eux et elles, des confidents et des confidentes, mais ce sont généralement des cons (et des connes) qui ont seulement la patience d’écouter vos conneries.

Dans une catégorie plus large de la population, puisqu’elle englobe tous les citoyens actifs du pays, nous allons trouver les contribuables, ces cons qui paient sans savoir où va leur argent, ou bien en le voyant partir en futilités. Mais les contribuables ne sont pas, en fait, égaux face à l’impôt.

Les plus cons, donc ceux qui se font avoir plus que d’autres par le fisc, sont évidemment les cons employés par l’Etat, et ce, pour des raisons que vous n’êtes pas sans connaître.

De même que les contribuables, les conjoints sont légion dans le pays, comme partout ailleurs dans le reste du monde. Ils sont le fruit d’un mariage entre un con et une conne, le joint se faisant par un con-trat, signé à la mairie, devant un con-seiller municipal… N’y a-t-il pas trop de cons dans cette affaire ?

Cependant, il y a parmi nos concitoyen des gens qu’il ne faut pas prendre pour des cons, seulement à cause d’un préfixe qui colle au nom de leur métier, comme, par exemple, les contrôleurs, les confiseurs, les conducteurs, les consultants (qui ne sont pas des sultans cons), les comptables, les conseillers, les convoyeurs (qui n’ont rien à voir avec les cons voyeurs)… Cons pétants ou pas, ces messieurs –dames méritent bien notre respect, nous en sommes pleinement con-scients !

Adel LAHMAR
Tunis-Hebdo du 12/11/2018

Commentaires: