Qualifiée de « menaçante », l’huile d’olive tunisienne dérange les Italiens

Le chiffre record enregistré au niveau des exportations de l’huile d’olive tunisienne dérange les habitants de la péninsule Italienne.

L’importation italienne de l’huile d’olive en provenance de Tunisie a augmenté, cette année, de 260%, indique Gianni Cantele, président de l’organisation Coldiretti Puglia.

« Nous nous mobiliserons, avec la participation des parlementaires et des instances de contrôle, pour freiner l’invasion du ‘pétrole’ tunisien. […] Nous demandons aux parlementaires de la régions des Pouilles à ce qu’ils unissent leurs forces pour arrêter cette importation qui menace la production en cette année déjà désastreuse », a-t-il déclaré, cité par la Repubblica.

« Le risque de déstabilisation du marché italien avec l’arrivée de l’huile tunisienne a presque quadruplé en 2018, avec l’importation de 26,6 millions de kilos ».

Toujours selon le responsable italien, l’olive tunisienne est « de qualité médiocre », vendue à de bas prix et commercialisée ensuite par des multinationales sous couvert de marques italienne vendues à l’étranger, au détriment des producteurs et des consommateurs.

L’huile d’olive tunisienne dérange depuis des années

En 2016, les députés européens avaient introduit un amendement autorisant à revoir la mesure et à la rectifier à mi-parcours si l’huile d’olive tunisienne devait nuire à l’économie européenne.

Les politiciens italiens avaient d’ailleurs craint que la mesure ne nuise à leur propre secteur de l’huile d’olive, qui a été gravement touché par une maladie frappant leurs oliviers.

Beppe Grillo, fondateur du mouvement 5Star, avait à l’époque dénoncé les importations de l’huile d’olive tunisienne en Europe et avait qualifié cette décision d’invasion, rapporte le site Politico. « Ce n’est pas un hasard si les agriculteurs sont sur un pied de guerre », avait-t-il indiqué.

De l’huile d’olive tunisienne vendue « Made in Italy »

Selon la même source, la majorité de l’huile d’olive tunisienne est exportée en vrac vers l’Italie, où elle est mélangée, mise en bouteille et vendue avec des étiquettes «Made in Italy».

« Ceci prouve les grands paradoxes de la position italienne. Malgré les dénonciations et les protestations de certains milieux, les producteurs italiens peuvent encaisser beaucoup d’argent en embouteillant et en brandissant les importations tunisiennes à bas prix », peut-on lire dans la même source.

Commentaires:

Commentez...