Tunisie : Les dettes de la Pharmacie centrale s’élèvent à 500 MD

Entre pénurie de médicaments, difficultés financières et soupçons de corruption, le ministère de la Santé publique et la Pharmacie Centrale sont au cœur d’une tourmente sans précédent que tente de relativiser le ministre de la Santé Imed Hammami.

Ce mercredi 11 avril, il a nié l’existence d’une pénurie de médicaments à la Pharmacie centrale et au niveau du système de gestion et de distribution.

Dans une déclaration à la TAP en marge de sa participation au symposium sur les réformes majeures, le ministre « a pointé le problème de la contrebande des médicaments, affirmant que tous les efforts sont déployés en collaboration avec les ministères de la Défense et de l’Intérieur pour lutter contre ce phénomène ».

Il a, également, ajouté qu’une enquête est, actuellement, en cours pour une affaire de corruption au sein de la Pharmacie centrale, faisant savoir que le vol des médicaments importés se fait au niveau du port de Rades.

Mais il a aussi et surtout pointé du doigt les dettes de la Pharmacie centrale, qui s’élèvent à 500 millions de dinars, selon lui du fait que la pharmacie centrale n’a pas recouvré les dettes auprès de ses clients.

Commentaires:

Commentez...