Une survivante britannique de l’attentat de Sousse à la recherche du « héros »...

Une survivante britannique de l’attentat de Sousse à la recherche du « héros » qui l’a sauvée

Par -

sousse

Carol Anne Powell était en vacances à Sousse, avec son amie Trudy Jones lorsque la fusillade du 26 juin 2015 a eu lieu. Ce jour-là, elle a perdu son amie, et a failli perdre sa vie.

Trudy Jones a d’ailleurs été identifiée grâce à son vernis à ongles flashy.

Lors des auditions des survivants et familles des victimes de l’attentat de Sousse à Londres, Carol a indiqué qu’elle a décidé de faire le mort en espérant que Seifeddine Rezgui ne s’en aperçoive pas.

« A un moment donné, j’étais convaincue que j’allais être fusillée par le pistolet Seifeddine Rezgui. Sauf que, soudain, un homme en blanc et « couvert de sang », m’a emportée en me soulevant par-dessus son épaule. Il a couru vers un hôtel voisin, et il m’a sauvé la vie.

Je suis désespérée de savoir qui il était. Je veux le rencontrer afin de le remercier parce qu’il m’a sauvé », a-t-elle annoncé.

A rappeler que l’enquête sur la mort des 30 Britanniques tués lors de l’attentat de Sousse, en juin 2015, a repris le 16 janvier 2017.

Dans cette affaire, le voyagiste « TUI » est pointé du doigt pour avoir « assuré » les touristes britanniques après l’attentat du Bardo. Mais pas que.

Plusieurs parties britanniques, notamment des survivants, ont critiqué certains policiers tunisiens pour « avoir fait escale » alors qu’ils se rendaient à l’hôtel Riu Imperial Marhaba.

Samantha Leek, conseillère juridique de l’enquête, avait indiqué qu’un rapport du juge tunisien Akremi avait mis le point sur des défaillances des unités locales qui auraient pu mettre fin à l’attentat.

Selon elle, certains agents de sécurité tunisiens à proximité avaient consciemment et délibérément ralenti leur arrivée.

Lire aussi :

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo