Le gouvernement Chahed, peut-il faire pression sur l’UGTT ?

Tribune | Par Khaled Ferid BENSOLTANE – Maitre en Droit Public & International

Ugtt grèveLe Gouvernement Youssef Chahed, peut-il faire pression sur l’UGTT, contrecarrer son action et la grève du 8 décembre 2016 ?

Force est de constater que la situation perdure depuis des années et il n’appartient pas à l’Etat, de pratiquer une retenue sur le salaire des fonctionnaires pour la verser à l’UGTT, au titre de cotisations syndicales.

Le fonctionnaire n’est pas obligé d’être syndiqué et la pratique de l’Etat est une atteinte à sa volonté, à sa liberté syndicale d’autant plus que seul un syndicat, en l’occurrence l’UGTT bénéficie des produits des cotisations versées par l’Etat à son profit après retenue sur salaire !!!

Il incombe aux organisations syndicales, notamment l’UGTT de procéder elles mêmes aux recouvrements des montants des cotisations de leurs adhérents. L’Etat n’a pas intervenir dans ce domaine.

La contestation de cette situation devant le Tribunal Administratif pourrait remettre en cause cette situation, les acquis de l’UGTT qui semblent être contraires à la nouvelle constitution Tunisienne.

Il est temps que le Gouvernement mette un terme à cette pratique, afin que les fonctionnaires retrouvent leur liberté syndicale et d’adhérer le cas échéant, à tel ou tel syndicat de leur choix, d’autant plus que le pluralisme syndical est reconnu aujourd’hui, par les pouvoirs publics.

En France, les organisations syndicales : CFDT, CGT, CFDT- FO & CFTC, procèdent elles mêmes au recouvrement des cotisations de leurs adhérents, quant à l’état Français, il ne pratique pas de retenues sur les salaires des fonctionnaires pour les verser par la suite aux syndicats.

Alors, pourquoi en Tunisie on oblige le fonctionnaire à être syndiqué ? Pourquoi l’Etat Tunisien continue à procéder à des retenues sur les salaires des fonctionnaires pour les verser à l’UGTT ?

Et puis pourquoi uniquement l’UGTT, alors qu’il existe d’autres organisations syndicales ? Comment peut-on parler de représentativité des organisations syndicales, lorsque l’Etat privilégie uniquement l’UGTT ?

Il est temps de mettre fin à ce dysfonctionnement qui porte atteinte à la liberté syndicale, à la liberté des fonctionnaires et qui marginalise les autres organisations syndicales.

Commentaires: