Tunisie : Halte aux insultes sexistes !

VOIX EXPRESS - HARCELEMENT DE RUETribune | Mohamed Habib Salamouna – professeur de français à Tunis

Les mots qui me viennent à l’esprit quand j’aborde cette question délicate avec mes élèves sont ceux de Mme Ariane Aubier, présidente de l’association française « Les Chiennes de garde » :

« Qu’oppose t’on à une femme quand on l’insulte ? On lui oppose le simple fait d’être une femme. C’est à dire, avant tout, de ne pas être un homme. L’insulte salit et rabaisse celle qui en est l’objet. Elle la réduit toute entière à son sexe et à ses attributs ou fonctions supposés ».

Il faut que la Tunisie se décide enfin à sanctionner, par la loi, les propos sexistes, comme elle l’a fait pour les attouchements sexuels dans les espaces publics, l’exploitation des mineures, les actes d’incestes et la discrimination entre les deux sexes en matière de rémunération.

Alors qu’on se félicite de l’adoption du projet de loi criminalisant la violence faite aux femmes (approuvé par le Conseil Ministériel le 13 juillet dernier), il serait grand temps de pénaliser également les insultes sexistes qui sont devenues monnaie courante dans la rue et dans les écoles.

Plus personne ne s’émeut en entendant « salope en short » ou « grosse… » (je vous épargne l’insulte après le mot grosse), c’est effarant ! Le machisme à la mode actuellement est dangereux. On insulte les femmes parce qu’elles commencent à obtenir une représentation politique.

Il faudrait également que les lois existantes contre les violences physiques envers les femmes soient appliquées. Seulement 1 viol sur 10 aboutit à une condamnation. La plupart du temps, ce délit est requalifié en agression sexuelle, et la victime est souvent traitée comme coupable. Monsieur Alaa Chebbi en sait quelque chose.

En mars dernier, des ONG de défense des droits de la femme ont célébré à leur manière le 60e anniversaire de l’indépendance de la Tunisie en publiant une vidéo dénonçant le sexisme ordinaire et le harcèlement de rue : « 60 ans d’indépendance et nos corps sont toujours colonisés ». A voir absolument !

Commentaires:

Commentez...