Tunis, succession de faits divers, cumul de dépressions et de désenchantements

Tunis, succession de faits divers, cumul de dépressions et de désenchantements. Pays des hystéries collectives et des excès. Peuple de mise en scènes et de drames à répétition.

Ceci n’est pas un article, ceci n’est pas une info. Ceci est une explosion hormonale irrationnelle. Ceci est le délire matinal d’un Tunisien qui ne respire qu’à travers son clavier, son écran, et une prière d’être lu et compris.

jcc-2016

Fierté nationale. Un festival en l’honneur du cinéma africain et arabe, rebaptisé, par magie, par on ne sait quel miracle en un prêche en faveur de la France-Afrique.

Ouverture par un chef du gouvernement, laissant pour compte artistes, créateurs et intellectuels… Mais où est donc le sud ? On a juste perdu le nord… bienvenue en nouvelle colonie.

Fierté d’un pays des droits de la femme. Fierté d’un pays des artistes libres, illuminés et progressistes. Progrès à coup de décolletés, de chair en vente aux enchères, et de promesses d’avoir le prochain premier rôle. Elle rit. Elle rigole. Sur le fond sonore du creusement de la tombe de la nouvelle féminité.

Fierté nationale. Trou dans un tapis rouge à la couleur sang. Sang d’un jeune qui s’est ouvert les veines en pleine projection. Film d’horreur réaliste tunisien. Fierté d’un malaise national.

Fierté nationale. Des films jeunes en première. Pannes techniques et erreurs de programmation. Frustration mais ils se taisent. Fou est celui qui se met à dos les sponsors et les directeurs.

Fierté nationale. Invités d’honneurs. Ministre malmené. Une star est parfois plus grande qu’un pays.

Fierté nationale. Ce matin j’ai pris le bus, loin des flashes, du tapis rouges et de la foule. Un homme noir et une femme se disputaient. Tu n’es qu’une chienne comme toutes les femmes de ce pays. Dieu t’a noirci le visage parce que tu le mérites.

Fierté nationale. Vers quel dieu se tourner ? Vers celui qui donne courage à mes doigts de taper. Heureusement… Mon rédacteur-en-chef est un bon ami.

H.A.

Commentaires:

Commentez...