Panama Papers : Noomane Fehri et Mahmoud Trabelsi cités par Inkyfada

Noomene Fehri

L’affaire Panama Papers refait surface et ne cesse de faire couler beaucoup d’encre. Cette fois-ci, c’est au tour de Noomane Fehri, actuel ministre des Technologies de l’Information et des Communications, et Mahmoud Trabelsi, ami du ministre.

Selon le site Inkyfada, le ministre est cité dans les Panama Papers en tant que « directeur éphémère d’une société créée dans les Îles Vierges Britanniques en 1994 par Mahmoud Trabelsi ». Ce dernier est un homme d’affaires et ami de Noomane Fehri. Selon la même source, la société a été dissoute le 21 novembre 2011, un jour avant la séance inaugurale de l’Assemblée nationale constituante.

Une histoire qui date d’une vingtaine d’années

« En 1996, M. Fehri travaille en Algérie lorsque Mahmoud Trabelsi lui propose de devenir son associé pour entreprendre des affaires dans le domaine des « IT » (technologies de l’information). « C’est une histoire qui date d’une vingtaine d’années, je ne m’en souviens pas très bien », affirme Noomane Fehri. « Mais nous n’avons jamais concrétisé ce projet et la société n’a jamais réellement fonctionné », assure-t-il.

Il affirme ensuite avoir oublié l’existence de cette société et dit avoir été étonné d’apprendre que son nom y figurait encore. « J’imagine que les formalités de liquidation ont traîné et que Mahmoud Trabelsi a estimé qu’il était préférable d’officialiser la dissolution de la société après mon élection à l’Assemblée », suppose-t-il.

« Et il a eu raison ». Pourquoi figure-t-il en tant que directeur d’une société dont il avait démissionné plus d’une dizaine d’années plus tôt ? « Réellement je l’ignore », assure M. Fehri à Inkyfada.

K.A.

Lire aussi :

Commentaires: