Tunisie : Création de la première radio pour handicapés, dans le monde...

Tunisie : Création de la première radio pour handicapés, dans le monde arabe et en Afrique

Par -
10987632_577384082412890_7529882016349216296_o
Skander Ben Amor
Il s’agit d’une radio associative qui émet depuis le mois de décembre. Skander Ben Amor, l’un des fondateurs de Radio ML (lire Amel – 93.4 FM), s’entretient avec Webdo pour présenter ce projet pionnier dans le monde arabe et en Afrique.

« L’idée a germé dans les têtes des jeunes passionnés par les médias et la vie associative. Lassés par l’injustice dont il sont victimes quotidiennement les handicapés, nous avons décidé d’agir en créant une radio », explique-t-il.

A-t-il dit injustice ?

Skander confirme que l’handicapé en Tunisie souffre d’une injustice à tous les niveaux (Famille, société, école…). Pour lui, même les actes de charité envers les handicapés font parfois mal. « Même si on dit quelque chose de bien à l’attention d’un handicapé c’est par rapport à un handicap », explique Skander.

Selon ses dires, C’est très gênant d’entendre des phrases du genre : « Malgré son handicap, il a réussi » ou « malgré son handicap il a du talent ».

Radio ML

« Nous voulons juste instaurer l’idée qu’il n’y a pas de différence entre une personne handicapée et une personne valide. La capacité des gens ne dépend pas de cela », lance-t-il. « De ce fait, un handicapé n’est pas toujours une personne qui a besoin d’aide », poursuit-il.

Dans le même contexte, Skander s’indigne contre l’euphémisme qu’utilisent les gens pour ne pas dire le mot « handicapé ». Le mot ne dérange pas c’est un terme clinique. Pour lui, inutile de chercher des synonymes à chaque fois quand on va parler d’un handicapé.

Comment ses idées sont traduites à la radio ?

« Ceux qui croient qu’on a créé la radio pour glorifier les handicapés ont tort. L’objectif est de supprimer les barrières imposées par la société entre les personnes handicapées et les personnes valides. Dans notre radio, on ne parle pas que des handicapés », fait-il savoir.

Skander affirme que leur grille de programme contient du sport, de la culture, du social. « C’est juste qu’on ne discrimine pas les handicapés. Ou plutôt quand un handicapé réussi quelque chose, on ne dit pas ‘malgré son handicap’, on sait comment traiter les sujets », rétorque le jeune animateur.

12717283_568870503264248_5086138029105977878_nEt les réactions des gens par rapport à votre travail ?

« Il faut avouer qu’on n’a pas beaucoup de moyens. Du coup, nous émettons sur la bande FM de 13h à 19h30 seulement. Cette plage horaire ne nous permet pas toutefois de gérer le nombre de volontaires qui souhaitent participer au développement de la radio. Heureusement que notre travail ne se limite pas à la radio.

Que faites-vous ?

« Faute de moyens, on n’arrive pas à faire des projets énormes. Mais quand on maitrise vraiment ce qu’on fait, nos traces sont effaçables. Skander se rappelle de la jeune fille handicapée, passionnée par la culture qui s’est rendue pour la première fois au théâtre municipal.

« Vous ne pourriez jamais imaginer la scène », exprime-t-il avec une expression enflammée.

B.Z.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo