Hommage à Fatima Mernissi (1940-2015)

Hommage à Fatima Mernissi (1940-2015)

Par -
MernissiTRIBUNE | Par Mohamed Arbi Nsiri, Historien

La disparition de Fatima Mernissi, éteinte lundi 30 novembre 2015 à Rabat, nous rend au devoir de mémoire envers une grande écrivaine, mais aussi et surtout envers une femme engagée dont les qualités de cœur et d’âme n’ont jamais été voilées par la réussite intellectuelle.

Professeure à l’université Mohammed V de Rabat et sociologue de réputation internationale, Fatima Mernissi s’est fait connaître pour la défense des femmes du Maroc et du monde arabe. À travers ses différents travaux, Fatima a démontré qu’elle est une écrivaine musulmane qui n’a pas peur de basculer les tabous puisqu’elle a délibérément dénoncé les différents seuils forcés et imposés par le pouvoir patriarcal pour jeter la lumière sur ce qui est caché de la réalité marocaine.

Née en 1940 à Fès, dans une famille de la haute bourgeoisie, Fatima faisait partie d’une génération qui a connu les rêves, les attentes et les dépressions de la société. La longue période qu’elle a passée à Fès a marqué toute sa vie puisqu’elle n’a pas pu se défaire de l’amour de sa province natale, et de son harem où elle a vécu et qui sera par la suite l’axe central de ses écrits.

Sûrement, les femmes du harem, avec lesquelles elle a grandi, ont enrichi son imagination par leurs contes, leurs expériences et leurs façons de voir les choses. Il est vrai aussi que notre sociologue s’est toujours refusé à dévoiler sa vie par l’autobiographie.

Elle a toujours caché sa vie personnelle, cependant nous connaissons qu’elle était inscrite, juste après la fin de la Grande Guerre, dans l’une des premières écoles privées mixtes du Maroc ce qui la préparé à poursuivre des études supérieures à la Faculté de Droit à Rabat puis à Paris où elle a obtenu sa licence en sociologie.

Outre la Sorbonne, elle a poursuivi ses études aux États-Unis où elle a obtenu en 1973 son doctorat en sciences sociales. En fait, Mernissi a fait ce choix de la sociologie afin d’être en mesure de mieux appréhender les conditions humaines des femmes.

Mais elle prônera la victoire pour les femmes loin des approches convulsives qui font de l’homme un ennemi promis à la première place. Son premier récit intitulé « Beyond the Veil », basé sur sa thèse de doctorat en sociologie à Brandeis University, était publié en 1975 et traduit dans une trentaine de langues.

L’idée principale de ce travail de pionnier, est que la misogynie prend sa source dans une mauvaise interprétation des textes religieux. Mernissi s’est appuyée pour réaliser ce travail sur les traditions populaires puis elle a exploré les effets qui désorientent les relations hommes-femmes pour répondre à la question « qui a raison ? » : Ceux qui disent que l’islam était une amélioration pour les femmes ou ceux qui disent que les femmes sont mal traitées par l’islam et les reléguait à un statut inférieur.

Cependant l’évènement qui a le plus provoqué l’opinion publique dans le monde musulman, c’est l’apparition en 1987 de son troisième livre, « Le Harem politique », sous-titré le Prophète et les femmes qui était l’objet d’une Fatwa intégriste.

En réalité, cette étude historique sur le rôle des épouses du prophète avait pour but d’éclairer la question de l’exclusion des femmes musulmanes de la sphère publique et politique. Dans ce travail, notre écrivaine a entrepris une enquête minutieuse sur les principaux hadiths « misogynes » afin de pouvoir défendre sa thèse qui est celle de la falsification du contexte dans lequel ils ont été délivrés.

Depuis, la sociologue marocaine n’a jamais lâché prise, ses essais et ses romans se sont succédés telles que « The Veil and the male Elite » dont l’idée principale est que le contenu du Coran ne justifie aucunement l’oppression des femmes et que la misogynie émane en réalité des religieux, qui, pendant des siècles, ont interprété celui-ci comme cela les arrangeait, l’utilisant à mauvais escient pour persécuter les femmes.

Durant toute sa vie, Fatima a cherché à découvrir le rôle vital des femmes reines, épouses, mères, du 8ème siècle à nos jours. Mernissi s’est plongée au cœur de l’empire musulman pour retracer les bouleversements et pour parler de la religion de l’Islam, de ces femmes, et de la démocratie dans une ère où prédominait le masculin. Aujourd’hui elle fait partie des auteurs les plus respectés du monde arabe…paix à son âme !


Principales publications de Fatima Mernissi
  • Islam et démocratie, Paris, Albin Michel, 2010
  • Le harem et l’occident, Paris, Albin Michel, 2001
  • Êtes-vous vacciné contre le Harem? Texte-Test pour les messieurs qui adorent les dames, Casablanca, Le Fennec, 1998
  • Rêves de femmes : une enfance au harem, Casablanca, Le Fennec, 1997
  • Womens rebellion & islamic memory, Londres, Zed Books, 1996
  • Chahrazad n’est pas Marocaine: autrement, elle serait salariée, Casablanca, Le Fennec, 1988
  • Islam and democracy: fear of the modern world, Cambridge, Perseus Books, 1992
  • Sultanes oubliées: femmes chefs d’état en Islam, Paris, Albin Michel, 1990
  • The veil and the male elite : A feminist interpretation of women’s rights in Islam, Cambridge, Perseus Books, 1991
  • Le monde n’est pas un harem: paroles de femmes du Maroc, Paris, Albin Michel, 1991
  • Le harem politique: le prophète et les femmes, Paris, Albin Michel, 1987
  • L’Amour dans les pays musulmans. A travers le miroir des textes anciens, Paris, Albin Michel, 1984
  • Beyond The Veil. Male-Female Dynamics in Modern Muslim Society, Londres, édition Al-Saqi, 1985

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo