Djerba, l’île de la cinquième saison

Djerba - Ulysse
Djerba a reçu de nombreux visiteurs à travers le temps dont le plus célèbre fut le roi d’Ithaque, Ulysse | Crédit photo : Escapade tunisienne

Pour les uns, c’est l’île des rêves… Pour d’autres, c’est l’île de la cinquième saison. Pour d’autres encore, il s’agit d’un mystérieux radeau ancré à quelques encablures du littoral africain…

C’est bien sûr de Djerba qu’il s’agit, de cette île à l’histoire millénaire et à la beauté à nulle autre pareille, cette fameuse île des Lotophages dont nous allons feuilleter quelques pages du grand livre d’histoire.

Ulysse et le goût du lotos

A Djerba, le promeneur voit plusieurs enseignes qui peuvent paraitre mystérieuses. Les unes sont à la gloire d’Ulysse, les autres font l’éloge du lotos.

Toutes ces enseignes me rappellent que Djerba est connue comme la fameuse île des Lotophages qu’Ulysse et ses compagnons eurent tant de peine à quitter.

Le lotos ? Souvenez-vous: c’est un fruit au goût de miel qui fait tout oublier, un fruit exquis au charme duquel les compagnons d’Ulysse ont succombé.

A la réflexion, il s’avère que le lotos, ce pourrait bien être Djerba elle-même ! En tout état de cause, il est clair que Djerba était connue depuis la plus haute antiquité.

Dans l’Odyssée, Homère en fait une escale qu’Ulysse faillit ne plus jamais quitter. C’est cet épisode de l’île des Lotophages qui a longtemps auréolé Djerba d’un prestige légendaire.

Gallus et Volusianus, empereurs djerbiens

L’histoire de Djerba est d’abord celle d’un comptoir phénicien. Carthaginoise puis romaine, l’île s’est longtemps nommée Meninx du nom d’un de ses villages.

En ces temps lointains, d’autres villages de l’île se nommaient Haribus, Tipasa ou Girba qui est sans doute à l’origine du nom actuel.

Selon certaines sources, deux empereurs romains seraient nés à Djerba. Il s’agirait de Gallus et de son fils Volusianus qui régnèrent au troisième siècle mais de manière éphémère.

A l’époque paléochrétienne, l’île fut un évêché et participa au premier concile d’Afrique en 255. La cuve baptismale en marbre blanc qui se trouve au musée du Bardo témoigne de cette époque lointaine. En témoigne également la chaussée romaine qui relie Djerba au continent et aboutit à El Kantara.

Mise en service en 1953, la nouvelle chaussée suit à quelques mètres près le trace de l’ancienne qui remonte aux Romains…

H.B.

Commentaires:

Commentez...