Plus de 60 associations évoquent les lacunes du processus de réforme du système éducatif tunisien

10002982_764856496967503_4663597082724926461_n
Une Alliance rassemblant plus de 60 associations, plus un nombre important de parents d’élèves, d’universitaires, d’enseignants et d’experts vient de voir le jour. L’objectif de cette Alliance est d’attirer l’attention de l’opinion publique sur les lacunes profondes constituant le processus du réforme du système éducatif tunisien.

Un nombre d’acteurs de la société civile annoncent officiellement leur position relativement à la consultation publique proposée par le Gouvernement à travers son ministère de l’Education.

L’Alliance Citoyenne pour l’Éducation (L’ACE), composée de plusieurs organismes et associations nationales (voir liste ci-dessous) cosignataires d’un communiqué, présente sa vision et ses recommandations préliminaires, en faveur d’un processus souverain, réaliste, inclusif, constructif, transparent et durable.

« L’école publique tunisienne qui a longtemps constitué une fierté du temps de nos parents et un ascenseur social pour tous les Tunisiens se trouve aujourd’hui dans une situation désastreuse.

En effet, nous observons une baisse du niveau scientifique, un manque d’éthique des apprenants, des infrastructures détériorées, une absence de bonne gouvernance, une diminution du budget alloué à l’éducation, des méthodes d’encadrement et de formation continue éculées, et une crise d’employabilité des diplômés.

Aujourd’hui, en vue d’apporter des solutions, le ministre a créé récemment une commission mixte restreinte en charge de développer un plan de réformes qu’il semble vouloir mettre en place dès septembre 2015.

[quote_box_center]Cependant, malgré l’importance du sujet, Les travaux de cette commission ne sont pas publics, la méthodologie adoptée n’est pas exposée et le calendrier fixé à deux mois semble totalement irréaliste.[/quote_box_center]

Le ministère de l’Education (inutile d’évoquer ici la non implication des autres ministères concernés par cette affaire et surtout le ministère de l’Enseignement Supérieur) a opté pour une formule pour le moins simplifiée !

Il a commencé par y consacrer une seule journée à Tunis au Palais des Congrès. Les gens inscrits au préalable et ayant la chance de participer pouvaient alors présenter leur réflexion pendant seulement cinq minutes.

Un courrier a avisé le reste des associations qu’elles allaient être invitées pour la consultation régionale qui s’étalera sur deux mois. Or, une autre consultation régionale menée par des commissions scolaires est déjà en cours dans les établissements éducatifs.

Cette consultation, conduite par des partenaires sélectionnés au préalable et appelés à diriger des tables rondes d’une journée chacune dans les régions, intervient en pleine période d’examens et de correction. Elle n’a jamais fait l’objet d’un dévoilement médiatique en bonne et due forme. Son contenu, ses axes, son agenda n’a jamais été révélé au public.

Réformer ne se limite pas à formuler un projet composé d’un ensemble de points mais plutôt à déterminer un plan d’action cohérent, à définir un ensemble de mécanismes visant à assurer la viabilité du projet et sa mise en œuvre.

Les enseignants et les inspecteurs se rappellent certainement de l’expérimentation de l’Approche par Compétences en 1995-1996 et surtout de sa généralisation en 2000-2001.

A défaut de prendre le temps de réfléchir pour bien agir auprès des enseignants en leur fournissant les formations requises, à défaut d’agir au niveau des établissements en renforçant les capacités des directeurs d’écoles et faute d’une bonne mesure des résultats en développant les instruments indispensables pour déterminer l’impact de la réforme, le projet était voué à l’échec.

[quote_box_center]Or Il s’agit aujourd’hui de faire face à un enjeu majeur qui consiste à réformer le système éducatif en vue de former des citoyens responsables, éveillés, capables d’intégrer le milieu du travail et d’évoluer aisément dans un milieu économique compétitif et évolutif. Cette réforme est donc déterminante pour la Tunisie car elle aura un impact tant financier que social sur nos enfants et sur les générations futures.[/quote_box_center]

Il incombe à tous d’œuvrer pour une réelle vision, de définir une méthode de travail claire et efficace, de nous assurer que la démarche est constructive, de faire preuve de transparence et d’impliquer tous les acteurs en vue de déterminer une vision partagée par tous et surtout de faire appel aux compétences nationales expertes en la matière.

L’Alliance demande expressément au gouvernement, à l’ARP et au président de la république
  • de geler la consultation en cours pour les raisons évoquées ci-dessus.
  • de tenir compte des propositions de tous les acteurs de la scène éducative suivant le modèle de la démocratie participative pour établir une feuille de route basée sur des données fiables et destinée à garantir une consultation sérieuse et exempte de tout esprit d’exclusion.
  • d’organiser des États généraux sur l’éducation et l’université, qui porteraient entre autres sur la réforme, sa finalité, sa feuille de route et son financement.
  • de retourner à la nouvelle Constitution et aux Institutions de l’Etat (Présidence, Parlement, Ministères concernées par le dialogue avec la Société Civile) pour fixer les assises légales de cette consultation et jeter ensuite les bases d’une réforme intelligente et de fond.

Nous voulons réaffirmer la nécessité d’instaurer une vision, scientifique, humaniste et démocratique de l’éducation. Aujourd’hui, nous devons assumer notre responsabilité envers la patrie pour défendre des valeurs citoyennes et démocratiques à travers une conception moderne voire avant-gardiste de l’éducation mais aussi pour signifier que nous aspirons à un changement réel dans notre vie collective.

Tout citoyen tunisien est appelé à agir pour changer l’état des lieux de l’éducation et assurer un avenir radieux pour nos enfants! Ensemble, ouvrons une formidable brèche dans le désespoir ! »


Organismes et associations signataires : ARDHI-Solidarité Rurale, Association ÉDUCATION & EMPLOI, Association Tounesna elbaya, Syndicat Union des Enseignants Chercheurs Tunisiens “IJABA”, Association Citoyenne pour la Démocratie Participative, Association Mouwatinat, Association Ville pour tous, Association de la femme au chômage à Manouba, Association Mouwatana, Association Tunisienne pour l’Emploi et l’Émigration – Espace méditerranéen, Association Tunisie Culture et Solidarité, Association Joussour Ettawassel, Association Elmouatin Ettounsi, UDCI diplômés chômeurs, Observatoire ONMPU Observatoire National des Municipalités et de la Planification Urbaine, Réseau du Théâtre Tout pour Tous, Tunisian Association for Management and Social Stability (TAAMS), Association tunisienne des chercheurs en sociologie, Association des handicapés mentaux, section Regueb, Association Les Jeunes Positifs, We love Bizerte, Association 139 développement, Association de Protection et de Sauvegarde du Littoral de Bizerte, Association de Développement Régional de Bizerte «DERB», First Skills Club, Coalition pour les Femmes de Tunisie, Association Soroptimist mondial (section Tunis), Association Maan, Association Femmes et Sport, Association Tunisie Terre des Hommes, Association Citoyenneté et Communication, Association Mham’dia Art et Developpement, Ligue des Electrices Tunisiennes, Association de la Culture et de l’Education à la Citoyenneté, Association Egalité et Parité, Sfax Patrimoine et Developpement, Association Zahoua, Association El Jil Eljadid, Association Kolna Tounes, Association Labes, Comité des Parents, Association développement Kraria, ATAP Monastir (Association Tunisienne pour l’Art de la Photographie), Association Tunisienne de Défense des Investisseurs ATUDI, Association Locale de Promotion des Handicapés Hidra, Association Tounissiet, Association d’amitié Tunisie-France, Association de l’Educateur Regueb, Association Citoyenneté et Développement Durable (ACDD), Association de la langue arabe numérique, Association de Développement La Zitouna Regueb, Association Liberté et Développement Regueb, Association Intelligence Management.

Commentaires:

Commentez...