Manif, incompréhension et colère contre Sihem Badi

Manif devant le ministère de la Femme et des affaires de la famille (photo webdo.tn)
Des manifestants se sont mobilisés devant le ministère de la Femme et des Affaires de la famille et ont appeler Sihem Badi à démissionner (crédit photo: webdo.tn 25/03/2013)

L’affaire de la petite fille de 3ans violée dans un jardin d’enfants est encore très loin de connaître son épilogue et de nombreux manifestants ont décidé de réagir en se mobilisant, ce matin, devant le ministère la Femme et des Affaires de la famille. Parmi ces manifestants, beaucoup de personnalités de la société civile telle que Lina Ben Mhenni ont tenu à être présents en soutien à la petite fille et à sa famille. Le père de la victime, sa mère mais aussi ses tantes et ses cousines, se sont également mobilisés malgré la gravité de l’état (notamment psychologique) dans lequel se trouve la petite fille.

Cette mobilisation, qui se tient toujours à l’heure où ces lignes sont écrites, a un message très clair et précis. Les manifestants exigent sans fioritures la tête de la ministre de la Femme et des Affaires de la famille qui doit «dégager» pour avoir, selon eux, permis «que la pédophilie se développe, que les jardins d’enfants ne soient pas en sécurité, et surtout parce que l’enfance est désormais en danger». De nombreux slogans ont été brandis dans ce sens : «Al toufoula fi khatar we Badi fi Qatar», ont criés les manifestants pour rappeler «à celle qui est ministre que nos enfants sont en danger et qu’elle se permet d’aller au Qatar», a déclaré, résigné et en colère, un des manifestants.

En effet, selon l’agence TAP, elle doit accompagner le président de la République à Doha dans le cadre de la participation de la Tunisie au 24ème sommet arabe prévu les 26 et 27 mars. Mais selon Assabah News, la ministre n’a pas quitté Tunis et se trouve actuellement dans son bureau en réunion d’urgence.

Sihem Badi, très critiquée depuis l’annonce du viol, pour avoir démenti la mère de la victime, a en effet, déclaré que le viol n’avait pas eu lieu dans le jardin d’enfants incriminé par la famille de la petite fille mais dans le cercle familial, selon des éléments dont elle disposerait. Elle a, en outre affirmé que la direction du jardin d’enfants n’avait rien à se reprocher dans cette affaire et surtout qu’elle n’avait pas l’intention de démissionner.

Lina Ben Mhenni, présente sur les lieux, qui affirme avoir été mise au courant du drame, samedi matin. Elle a tenu à connaître les faits dans les détails et s’est déclarée scandalisée par les déclarations de la ministre Sihem Badi. Elle s’est également dite scandalisée par le fait que le jardin d’enfants où se serait déroulé le viol a ouvert ses portes aujourd’hui et qu’il travaille le plus normalement du monde. Sa directrice n’ayant, quant à elle, pas été inquiétée.

Nous avons pu interroger une des cousines de la petite fille violée qui nous a affirmé que celle-ci allait mieux depuis samedi. Elle nous a déclaré qu’elle avait été violée cinq fois et qu’actuellement elle est toujours en observation avec un pédopsychiatre à ses côtés. Les parents sont, quant à eux, dans un état de détresse totale, nous a-elle fait savoir.

Commentaires: