Première critique du Conseil des sages : l’ANC se prend pour une...

Première critique du Conseil des sages : l’ANC se prend pour une Assemblée nationale

Par -

Assemblée Nationale Constituante (photo - le journalcom)Sitôt constitué sitôt opérationnel. Composé de 16 personnalités politiques et des compétences de renom, le conseil des sages, s’est livré aujourd’hui à une critique très sévère à propos de rendement de l’Assemblée Nationale Constituante.

Le conseil des sages (ou des experts), formé à l’initiative du chef du gouvernement et qui se réunit autour de lui afin de trouver une solution au blocage politique et institutionnel actuel, donne une idée sur la détermination de Hamadi Jebali de poursuivre la voie qu’il s’est fixé pour la formation d’un gouvernement technocrate.

Dans une déclaration à l’agance TAP, Mehdi Mabrouk, actuel ministre de la Culture, a déclaré qu’aux yeux des tous les membres du conseil des sages, l’ANC fait preuve de lenteur.

Selon ces premières conclusions du conseil, l’ANC s’est éloignée de sa mission principale à savoir la rédaction de la Constitution et l’élaboration d’une loi électorale. Elle s’est enlisée dans des débats et des questions législatives et politiques, qui sont du ressort d’une Assemblée nationale issue d’élections législatives et non d’une Constituante.

Mehdi Mabrouk, a précisé que le conseil des sages ne menace pas la légitimité de l’ANC et ne compte nullement s’y substituer. Il s’agit uniquement d’une force consultative et de proposition, qui a pour tâche d’épauler le Premier ministre dans son analyse de la situation politique et déterminer la nature du gouvernement qui sied à cette étape transitoire.

Rejetant les jugements sur l’insuffisance du rendement, Badredinne Abdelkefi vice-président de l’ANC chargé des relations avec la société civile, affirme que la version finale du projet de Constitution sera prête d’ici un mois ou deux et ces critiques n’ont pas lieu d’être, vu que l’ANC s’attèle à la rédaction de la Constitution depuis plus d’un an.

Les récents évènements qui ont secoué le pays, ont semble-t-il agit comme électrochoc sur la direction de l’assemblée. En effet, mercredi, les travaux d’une «Conférence des présidents» a commencé, regroupant le président de l’ANC, les membres de son bureau, les présidents des commissions et des groupes parlementaires, et le rapporteur général de la constitution. Le but de cette conférence est de fixer le calendrier des travaux de l’assemblée.

Plus de 16 mois après les élections et après que 58 de ses députés aient gelés leurs activités, protestant contre l’absence de calendrier, l’ANC semble enfin vouloir se doter d’une feuille de route.

Commentaires: