Kais Saied : « Pas d’élections dans trois mois ! »

« Nous évoquons actuellement la continuité de l’Etat et non pas la tenue des élections »

Recevant hier jeudi 30 mars, la cheffe du gouvernement et le ministre des TIC au sujet des premiers résultats de la consultation nationale électronique, le chef de l’Etat Kais Saied s’est prononcé sur la tenue des élections après la dissolution du parlement.

A cet effet, Kais Saied a écarté la possibilité d’organiser des élections législatives anticipées sous 90 jours, affirmant qu’il s’agit de fausses interprétations de la Constitution.

« Ceux qui rêvent de l’application de l’article 89 de la Constitution ont tout faux, et doivent se réveiller », a-t-il dit.

« Nous évoquons actuellement la continuité de l’Etat et non pas la tenue des élections », a-t-il encore dit.

Suite à la dissolution de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), la première à monter en ligne était la présidente du Parti destourien libre, Abir Moussi.

Elle a fait savoir, dans une vidéo publiée hier, que la dissolution du Parlement doit s’accompagner d’une convocation aux élections législatives dans les délais constitutionnels, c’est-à-dire 90 jours.

Le président de la République Kais Saied a annoncé hier soir, la dissolution du Parlement après avoir recouru à l’article 72 de la Constitution pour préserver l’unité de l’Etat et la sécurité des Tunisiens.

Ledit article stipule que « le Président de la République est le Chef de l’État et le symbole de son unité. Il garantit son indépendance et sa continuité et veille au respect de la Constitution ».
Dans une déclaration accordée à la chaîne al Jazeera, Rached Ghannouchi a annoncé, ce jeudi 31 mars 2022, son rejet de cette décision prise par le président de la République, indiquant que la décision de dissoudre le Parlement représente une menace pour la Tunisie et sa sécurité.

Commentaires: