Amnesty International : L’obligation du pass vaccinal « viole » les droits des Tunisiens

Amnesty International a appelé les autorités tunisiennes à suspendre l’application du décret-loi sur le pass vaccinal obligatoire en vigueur depuis ce mercredi 22 décembre 2021.

Amnesty International estime, en effet, que l’application de ce décret présidentiel rendant le pass vaccinal contre le Covid-19 obligatoire « viole les droits » des citoyens et demande ainsi aux autorités tunisiennes de suspendre son application.

Le pass vaccinal, rappelons-le, impose des sanctions contre toute personne refusant de s’en munir et est obligatoire depuis aujourd’hui, mercredi 22 décembre notamment dans les administrations, les établissements publics et privés, éducatifs, universitaires ainsi que les espaces réservés aux activités de loisirs, culturelles, sportives et les lieux de culte.

« Amnesty International appelle les autorités tunisiennes à amender les dispositions qui violent les droits au travail et à la liberté de mouvement comme garanti par le droit international », indique l’ONG dans un communiqué.

Pour Amna Guellali, directrice régionale adjointe d’Amnesty International pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, « les autorités tunisiennes ne doivent introduire que des restrictions nécessaires et proportionnées à la protection de la santé publique ».

Les dispositions de ce texte qui resteront en vigueur pendant une durée de six mois, « menacent inutilement les moyens de subsistance des Tunisiens en leur infligeant des sanctions excessivement sévères en cas de non-respect », a-t-elle estimé.

Commentaires: