Un pays ensauvagé, en déficit d’autorité

Voilà où nous en sommes! Un adolescent qui tente d’assassiner un enseignant en classe et nous en sommes réduits à commenter ce geste criminel inouï.

En dix ans de transition démocratique, la chute annoncée de toute notion d’autorité a créé un bouillonnement délinquant sans précédent.

Des sauvageons s’attaquent à leurs propres parents, à la police, aux enseignants, aux chauffeurs de taxi et la liste est des plus longues.

Il y a peu, les députés et les gouvernants donnaient l’exemple en transformant le Parlement en ring de boxe. La corruption qui règne partout et l’image du gangster contrebandier triomphant ont fait le reste pour donner des contre-modèles à une jeunesse déboussolée.

Hier encore, la jeunesse rêvait de lendemains meilleurs mais c’est un jeu de massacre qui l’attendait.

Le « Paradise Now » de 2011 s’est métamorphosé en « No Future » dix ans après. Perdus, abandonnés, ne rêvant qu’à fuir les impasses, les jeunes sont dans un cul-de-sac et ont perdus leurs repères.

Que faire aujourd’hui ? Les écouter bien sûr, se saisir de leur détresse et revaloriser à leurs yeux l’image souillée des adultes et de l’autorité en général.

Un immense chantier pour un pays ensauvagé et livré à lui-même par des idéologues cupides et des affairistes véreux. Comment sortir de ce tunnel ?

Commentaires:

Commentez...