Rallye Moto Tunis-Tabarka : Mohamed Tiga remporte la 6ème édition

Dans le cadre du championnat de Tunisie des Rallyes de Régularité de la saison 2020-2021, le Moto-Club de la Marsa Tunis (MCMT) a organisé, en collaboration avec la Fédération Tunisienne de Moto-Cyclisme (FTM), la 6ème édition du rallye Tunis-Tabarka du 5 au 6 Juin au départ de Boulevard de la Marsa.

Le rallye moto est le plus ancien sport motocycliste. Il consiste à parcourir les liaisons à une vitesse moyenne dans le respect du code de la route afin de rejoindre les épreuves spéciales.

Les liaisons étaient ponctuées par des points de contrôle horaire (CH), inopinés (CI) et de passage (CP) afin de vérifier que le pilote a respecté la vitesse moyenne imposée et a bien emprunté le chemin indiqué sur les livres de route (roadbooks).

Le regroupement de motardes et motards, de tous horizons, a donné au rallye moto toute sa splendeur. Avec une préparation très minime et un dérouleur de roadbook, la moto de tous les jours peut prendre le départ.

Comme les éditions précédentes, cette course a permis aux participant(e)s de vivre une aventure inédite sur une nouvelle piste de 220 km, avec un circuit traversant les meilleures pistes qu’offre la région.

L’épreuve s’est courue sur une route ouverte à la circulation pour passer par environ 10 villes, en croisant de magnifiques sites et paysages, jusqu’au dernier point à Tabarka. Le but de l’épreuve étant de parcourir le trajet dans le temps imparti à une vitesse moyenne de 49 km/h.

Au final, le pilote qui a parcouru l’ensemble des liaisons et qui a respecté le temps pour traverser l’ensemble des épreuves est déclaré vainqueur.

Côté podium, la victoire est revenue au vétéran du rallye de la moto, Mohamed Tiga (roulant sur une moto Honda Varadero 1000) remportant plusieurs prix auparavant en Tunisie et qui a devancé ses compatriotes, Khalil Trabelsi, second, et Ali Alleni, troisième.

Selon Mohamed Tiga, membre du Moto-Club de Bardo Bikers, sa victoire était attendue !

« J’aime beaucoup ce sport mécanique, qui a des limites. On doit le respecter pour qu’il nous respecte. Il faut de la fraîcheur, de la présence mentale et physique pour remporter la victoire au milieu de ces joueurs professionnels ».

Toutefois, selon Tiga, ce sport mécanique n’a pas beaucoup de résonance en Tunisie.

« Pour avoir une moto en Tunisie, il faut beaucoup d’argent. La moto est considérée comme un outil de luxe, les taxes sont élevées, il faut aussi de l’assurance et l’équipement qui va avec. C’est un sport qui bouffe de l’argent ! ».

A l’occasion de cette nouvelle édition, les organisateurs ont rendu hommage au défunt Elyes Ben Ghachem, commissaire sportif passionné de ce sport, qui nous a récemment quitté suite à un accident moto.

Malek Chouchi

Commentaires:

Commentez...