Pour contrer Abir Moussi, Imed Khemiri propose une « police parlementaire »


Pour Ennahdha, Abir Moussi doit dégager coûte que coûte. Dernièrement toute l’attention médiatique est concentrée sur la présidente du parti destourien libre, accusée d’avoir continuellement entravé le travail parlementaire.

C’est dans ce contexte que le député d’Ennahdha Imed Khemiri est allé jusqu’à proposer une police parlementaire au sein de l’Assemblée des Représentants du Peuple pour mettre fin aux agissements de Abir Moussi. « Nous commençons sérieusement à réfléchir à cette alternative car on ne peut pas rester dans cette situation », a-t-il déclaré sur les ondes de Mosaïque FM.

Car pour lui, la présidente du PDL est devenue une source de tension dont la seule mission étant d’entraver le travail du parlement.

Le bureau du parlement a décidé, ce mardi 23 mars 2021, d’interdire Abir Moussi de prendre la parole pendant les trois prochaines plénières pour avoir entravé le travail parlementaire.

S’exprimant sur sa page Facebook, Abir Moussi a dénoncé cette décision criant à l’injustice et dénonçant un « complot pour la faire taire ».

Selon le document de la décision envoyé à Abir Moussi, elle a le droit de voter pendant ces plénières, mais elle sera privée de prendre la parole même pour des points d’ordre.

Commentaires:

Commentez...