Rassemblements : Entre partisans et fêtards, le deux poids deux mesures dans toute sa splendeur !

Inactifs depuis plus de six mois, les artistes, qui font partie des tranches les plus affectées par la pandémie, ont ressenti injustice et partialité dans le traitement du dossier des rassemblements.

D’un côté, on interdit les fêtes et on ferme les salles de cinéma, d’un autre des milliers de partisans de partis politiques sont autorisés à se rassembler dans un non-respect total des mesures sanitaires.

Néanmoins, leur ras-le-bol semble être voué à l’échec. Les demandes présentées par le musicien Sami Lajmi et sa troupe pour organiser deux fêtes publiques gratuites à Tunis et Sousse ont été rejetées.

S’exprimant ce lundi 1er mars 2021 sur Jawhara fm, Sami Lajmi a annoncé avoir décidé de soumettre des demandes à la présidence du gouvernement et aux gouvernorats et municipalités de Tunis et Sousse pour l’autoriser à présenter gratuitement le spectacle « Ziara » sur la place des Martyrs à Sousse et à l’avenue Mohamed V de la capitale.

غدوة باش يتم تقديم مطالب إلى رئاسة الحكومة والسيد والي تونس والسيدة شيخة مدينة تونس والسيدة والية سوسة والسيد رئيس بلدية…

Posted by Sami Lajmi on Sunday, 28 February 2021

Ces emplacements n’ont certainement pas été choisis au hasard : le premier a accueilli le rassemblement organisé il y a deux semaines par le parti destourien libre (PDL), alors que le second était le centre de la marche organisée, samedi, par Ennahdha.

Lajmi a expliqué qu’il voulait agir et faire bouger les choses symboliquement, exprimant son rejet de la politique de double poids deux mesures adoptée par les autorités dans le traitement de ce dossier.

Il a vivement critiqué le refus d’organiser des performances artistiques et culturelles tout en permettant aux partis d’organiser des marches et des rassemblements.

Mais si la demande de Lajmi, et le hashtag lancé par plusieurs artistes ont été salués et encouragés par les Tunisiens, la réponse des responsables était pour le moins attendue.

Le gouverneur de Tunis, Chadli Bouallegue, a estimé qu’il n’est pas possible d’accepter la demande de Sami Lajmi vu la situation actuelle et les protocoles de santé appliqués.

Pour le responsable, les partis politiques ont un message à transmettre que les artistes n’en ont pas !

« Lajmi a évoqué la tenue de manifestations par les partis politiques … Il faut préciser que la situation est différente car les partis se font concurrence pour montrer leur force, mais pour la culture, quel est l’objectif des manifestations ? Et quel est le message à transmettre? », s’est-il interrogé sur Mosaique fm.

Enfin, le moindre que l’on puisse dire face à ces propos déroutants, c’est que la culture reste, au moins, la seule escapade de la morosité et des échecs sans fins de nos brillants politiciens et des « messages constructifs » qu’ils nous gavent depuis dix ans.

Commentaires:

Commentez...